Aide aux clubs sportifs : dispositif « Trait d’union »

Retrouvez l’intervention de Pierre Bérat lors du conseil municipal de Lyon du 21 janvier 2019 au sujet du dispositif « Trait d’union » d’aide aux clubs sportifs

 

Merci, Monsieur le Ministre.

Notre Conseil municipal se prononce sur le nouveau dispositif Trait d’union, dont l’objectif est de soutenir les initiatives des clubs sportifs.

Notre groupe des élus Les Républicains et apparentés, qui rappelle constamment la nécessité d’appuyer dans leur action les quelque 600 clubs sportifs amateurs de notre Ville, aborde favorablement cette délibération.

Il y a quelques mois, votre majorité annonçait la fin, pour des raisons budgétaires, du dispositif des Lions du Sport. J’avais alors contesté cette décision, car il n’est pas de bonne politique de faire des économies sur le dos des petits clubs sportifs.

Heureusement, pendant cette période de retrait de la Ville, une autre collectivité, la Région, était toujours aux côtés des clubs avec son aide à l’équipement des clubs sportifs.

Avec Trait d’union, vous proposez donc de reprendre un soutien aux clubs sportifs. Nous prenons acte de ce retour à la raison, mais il nous semble que ce nouveau dispositif, tel que vous le proposez, nécessite des adaptations pour mieux répondre aux besoins des clubs.

C’est la raison pour laquelle nous proposons, selon la logique constructive qui est la nôtre, différents amendements pour l’améliorer.

Si l’élaboration de Trait d’union avait été mieux concertée, nous aurions pu faire ces propositions en amont.

Première suggestion, pour sélectionner les clubs qui vont être soutenus financièrement, vous avez fixé des critères d’éligibilité en lien avec de grandes politiques publiques : la mixité femmes-hommes, l’insertion des publics fragiles, la formation des bénévoles. Il s’agit bien sûr d’orientations positives, mais nous soulignons que la première valeur ajoutée des clubs sportifs, leur première vocation, c’est de développer les activités sportives et ces activités sportives en elles-mêmes sont porteuses d’intérêt général, parce qu’elles contribuent à la forme physique, parce qu’elles diffusent des valeurs d’éthique, la valeur de l’effort, de l’engagement, du construire ensemble. Il faut donc aussi soutenir les clubs pour leurs initiatives de développement qui sont en lien direct avec leur finalité. Nous devons pouvoir récompenser des clubs tout simplement parce qu’ils sont performants dans leur sport, parce qu’ils sont performants dans le développement de leur discipline.

C’est la raison pour laquelle nous proposons un amendement qui permettra de soutenir les clubs dans deux situations que vous n’avez pas prévues pour l’instant. La première, c’est lors de la période délicate où un club amateur, de par ses performances, accède à un niveau national de compétition. Il s’agit d’aider à cette montée en national. Je le dis, parce que peut-être l’Adjoint me répondra : certes, la Métropole aide des clubs qui sont en national, mais en vitesse de croisière. Ici, l’idée est de les aider au moment de la montée en national.

Le deuxième élément, c’est lorsqu’un club organise un événement majeur qui fait rayonner le sport lyonnais. Je pense qu’il mérite également d’être aidé.

Toujours pour répondre aux vrais besoins des clubs, et cela a été dit par des intervenants précédents, nous proposons de baisser le montant plancher de l’aide de 2 500 à 1 500 euros. Effectivement, avec un niveau plancher de 2 500 euros et un cofinancement de 50 %, il faut au minimum que le projet ait un budget de 5 000 euros, ce qui est sans doute trop pour des petits clubs.

Notre deuxième remarque porte sur la proximité dans la gestion de Trait d’union. Lors de votre suppression des Lions du Sport, nous avions regretté que vous coupiez ainsi le lien entre les arrondissements et la Mairie centrale, car les Lions du Sport étaient l’un des rares exemples de forte implication des arrondissements.

Cette implication est importante, non pas pour des questions de petits pouvoirs, comme j’entends parfois : « Ce sont mes clubs, ce ne sont pas tes clubs. » Ce sont les clubs de la Ville de Lyon, ce sont les sportifs de la Ville de Lyon. Cette proximité est importante, parce que c’est uniquement en étant proche que l’on connaît vraiment les besoins des clubs et que l’on peut répondre au mieux à leurs besoins. Nous retrouvons le débat que nous avons eu plus tôt sur la loi PML.

Dans votre délibération, vous dites vouloir renforcer le lien avec les arrondissements, mais concrètement, il y a peu de garanties. Aussi, nous proposons deux compléments avec nos amendements, d’une part une modification du règlement pour s’assurer que chaque arrondissement aura au moins un club soutenu chaque année si l’arrondissement le souhaite et d’autre part, dans un souci de transparence, que la liste de tous les candidats aux deux sessions soit présentée en Conseil d’arrondissement une fois par an.

Nous espérons que vous prendrez en compte ces amendements pour faire en sorte que Trait d’union colle mieux aux besoins concrets des clubs, qu’il intègre pleinement la proximité et qu’il se déploie en toute transparence.

Je vous remercie.

Défense d’amendements par Pierre Bérat lors du conseil municipal de Lyon du 21 janvier 2019 au sujet du dispositif « Trait d’union » d’aide aux clubs sportifs

 

Rapidement, puisque je l’ai évoqué dans le texte.

Je voudrais quand même dire à Yann CUCHERAT que je suis étonné par la véhémence de son propos, ne serait-ce que par sa conclusion. Je ne pense pas, dans mon intervention, avoir été très critique sur ce dispositif. Nous faisons uniquement quatre amendements constructifs et on se fait renvoyer dans les cordes par de tels propos. Je pense que c’est un peu décalé par rapport à la situation que nous connaissons. Les élus dans leur splendide isolement qui croient détenir la vérité, je crois que les Français sont en train de nous dire qu’ils ne veulent plus de ceux-là.

Amendement n°1 :

L’amendement numéro 1 que nous défendons est très simple. Êtes-vous pour ou contre le fait de pouvoir défendre avec Trait d’union des clubs sportifs qui ont un projet de développement lié à leur accession à un niveau national de compétition ou, deuxièmement, de pouvoir aider un club lorsqu’il organise un événement qui présente une dimension nationale avec promotion du sport lyonnais ? Nous proposons de rajouter ces deux points à la liste qui fait plutôt référence à des politiques publiques. Ce sont deux points concrets pour les besoins des clubs sportifs.

Amendement n°2

Cet amendement, pour faire référence à une question d’actualité sur le Brexit, c’est un peu le backstop du dispositif. Dans le cas où, à l’issue de la sélection, et Madame GRANJON l’évoquait, si nous constatons qu’un arrondissement n’a eu aucun projet retenu, il s’agit de donner la possibilité à l’adjoint d’arrondissement concerné de pouvoir pousser, de récupérer un club au moins de son arrondissement. C’est donc une espèce de filet de sécurité, qui permettra qu’aucun club ou aucun quartier ne soit oublié du dispositif.

Amendement n°3 

C’est sur le plancher que nous avons évoqué. Jusqu’à maintenant, les aides ne peuvent pas être inférieures à 2 500 euros, nous proposons de descendre à 1 500 euros, pour être en mesure de soutenir des projets qui, globalement, font 3 000 euros. Encore une fois, cela nous paraît la bonne maille pour soutenir tous les clubs. Même un petit club peut être performant et peut être récompensé par ce dispositif.

Amendement n°4 

C’est un amendement de transparence. Nous avons vu dans le règlement que le délibéré serait confidentiel, donc on ne saura pas comment les choses sont délibérées. Pour confirmer le rôle des arrondissements, il nous semble élémentaire que tous les conseillers d’arrondissement aient l’information au moins une fois par an de l’ensemble des dossiers qui ont été déposés dans l’arrondissement, pour qu’ils puissent assurer ce rôle de vigie et que tous les dossiers sont bien examinés.

Il s’agit donc de prévoir une fois par an la communication au Conseil d’arrondissement de la liste de tous les projets déposés

Suite à l’examen des amendements, une explication de vote de notre groupe.

Nous allons voter pour cette délibération, parce que nous souhaitons que le soutien aux clubs se fasse et nous ne sommes pas dans une posture politicienne. Je regrette encore une fois la réponse de Yann CUCHERAT et les termes qu’il a employés. Nous serons au rendez-vous dans un an quand nous ferons l’évaluation du dispositif, en espérant que vous voudrez bien, à ce moment-là, apporter ces améliorations.

Je vous remercie

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone