Aide aux commerces de la Rive gauche

Retrouvez l’intervention de Pierre Bérat lors du conseil municipal du 1er juillet 2019 :

Merci, Monsieur le Maire.

Avec cette délibération, vous nous proposez d’étendre à certains axes commerciaux du 3e et du 7e arrondissement, fortement impactés par les manifestations du mouvement des gilets jaunes, la mesure d’exonération exceptionnelle de la redevance d’occupation du domaine public, votée par ce Conseil en mai dernier pour les commerçants du 1er et du 2e arrondissement.

Cette mesure exceptionnelle est censée constituer une réponse aux difficultés économiques rencontrées par ces commerçants du fait du mouvement social.

Ces difficultés économiques sont bien réelles, du fait de la perte d’activité occasionnée par la moindre fréquentation commerciale les samedis notamment, pendant un semestre, et notamment lors de la période clé des fêtes de fin d’année.

Il y a deux jours, le rapport d’information de la sénatrice RENAUD-GARABEDIAN a chiffré à – 30 % le chiffre d’affaires les samedis pendant une durée de cinq mois. Et cette perte directe de chiffre d’affaires se prolonge, car beaucoup de personnes ont perdu l’habitude de fréquenter les commerces du centre-ville, une tendance encore renforcée par l’attentat de la rue Victor Hugo, la canicule aujourd’hui et les restrictions de circulation.

Alors, oui, il faut apporter une aide aux commerces dans cette période délicate, notamment aux petits commerces indépendants, qui peuvent être très vulnérables, mais il me semble nécessaire de faire trois remarques.

La première, comme nous l’indiquions en mai dernier, c’est que cette exonération d’occupation du domaine public est une mesure bien limitée et qui plus est peu équitable, puisque les commerces n’ont pas tous des terrasses sur la voirie.

Un soutien plus fort et plus général serait possible avec, par exemple, comme vient de le faire la Ville de Valence, une exonération de la taxe locale sur la publicité extérieure.

Deuxième remarque, il faut effectivement étendre le soutien au secteur Gambetta-Guillotière, car il est souvent, bien trop souvent, impacté par les manifestations avec les dégradations qui peuvent aller avec. Et l’on ne parle pas ici que des manifestations gilets jaunes, puisque cela se produit pour d’autres manifestations. Et il serait sans doute opportun d’intervenir auprès de la Préfecture pour que le Cours Gambetta ne soit pas systématiquement le terrain des manifestations lyonnaises ou l’arrière-cour des échauffourées de Bellecour.

Troisième remarque, les secteurs du 3e et du 7e arrondissement qui bordent le cours Gambetta ont aussi besoin d’un appui à la dynamisation commerciale. Il s’agit, vous le savez, d’une porte vers le 3e arrondissement. Il comporte de beaux cours et des avenues avec des atouts pour en faire des axes de prestige, mais force est de constater que la situation du tissu commercial s’est plutôt dégradée ces dernières années, sauf bien sûr pour le commerce illégal de la place Gabriel Péri et des rues attenantes, qui reste une cour des miracles.

Une action volontariste de la Ville est nécessaire pour dynamiser le tissu commercial, entretenir le cadre urbain, rétablir les règles du vivre ensemble et de l’activité commerciale normale, pour inciter à la fréquentation commerciale, faire venir les passants, les touristes, les consommateurs.

Je note que la Mairie du 3e arrondissement avait fait de la redynamisation du secteur Montebello-Mortier une priorité du mandat qui s’achève. Nous avons vu, tout au long du Conseil, les projets du mandat qui vient. Les projets qui étaient prévus dans ce mandat actuel sont loin d’être tous réalisés. Nous sommes loin du compte.

Alors, notre groupe des élus Les Républicains et apparentés va voter cette exonération, qui est un petit pas dans la bonne direction, mais il reste encore beaucoup à faire pour soutenir les commerces dans le secteur Gambetta-Guillotière.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone