Aménagement de la Diagonale Moncey

Intervention de Pierre Bérat lors du conseil municipal de Lyon du 29 janvier 2018 à propos du projet d’aménagement de la Diagonale Moncey

Monsieur le Maire, cette délibération vise à engager la Ville de Lyon dans le projet de requalification de la rue Moncey dans le 3e arrondissement.

Notre Groupe Les Républicains et apparentés approuve cette délibération qui va, globalement, dans le bon sens. Elle va globalement dans le bon sens, mais il y a néanmoins des choses à dire et d’autres visions à exprimer et c’est ce que je vais faire maintenant.

Premier constat, c’est que votre projet d’aujourd’hui est en effet nettement en deçà de vos promesses. Dans vos programmes des élections de 2014, la nouvelle Promenade Moncey, comme il était dit, ou la Diagonale Moncey, était présentée comme un des projets phare de votre campagne. Vous prétendiez créer un axe de qualité urbaine, sur 1,5 km, des Halles Paul Bocuse jusqu’aux Berges du Rhône. Et sur cette diagonale, vous annonciez que l’ensemble des espaces publics seraient mis en valeur au cours du mandat.

La réalité d’aujourd’hui est en retrait. Ce n’est plus l’axe Halles Paul Bocuse / Berges du Rhône, qui est mis en valeur, c’est simplement un segment de la rue Moncey. L’ambition est nettement à la baisse et je vais revenir sur les manques de votre projet.

Mais avant cela, il convient de s’interroger sur l’explication de ce projet incomplet. En Commission Urbanisme, M. Le Faou a enfourché le cheval classique de la contrainte financière, précisant que priorité était donnée aux espaces les plus intéressants. Mais en Conseil du 3e, en répondant à mes questions, M. Philip a dit qu’il n’y avait pas de restriction budgétaire et que les sommes non consommées du fait du changement du programme Ballanche, seraient utilisées ailleurs… Alors, va comprendre qui pourra ! Faut-il comprendre surtout de tout cela que les promesses de 2014 étaient un peu illusoires !

J’en viens aux limites du projet, en évoquant ses lacunes aux deux bouts de la Diagonale Moncey et en son centre et en vous exposant une vision alternative, qui je le rappelle d’ailleurs, était celle d’Henry Chabert qui avait eu à l’époque cette vision pour la diagonale Moncey.

Première lacune, c’est que ce projet commence en fait derrière le CLIP et non sur les Berges du Rhône, contrairement à ce que dit la délibération. C’est une double erreur : parce que la diagonale urbaine, en termes de déplacement, elle part effectivement des quais, indépendamment de la question du CLIP, et parce que le secteur Gambetta/Péri/Montebello demande encore aujourd’hui une revalorisation. Il s’agit en fait d’une entrée majeure de la Rive gauche, vous le savez, qui a vocation à redevenir un axe de prestige, notamment au plan commercial. Elle doit bénéficier pour cela d’un traitement urbain. Votre échec sur la rue Montebello et l’oubli du cours Gambetta dans ce projet ne vont pas dans ce sens.

2e lacune : la transformation du parking dit de la DDE, qui est un peu le cœur du projet que vous nous présentez aujourd’hui. Alors, on peut s’interroger sur la pertinence de la suppression de la totalité des places de stationnement sur cet espace. Ne pourrait-on pas réaménager l’espace, pour assurer c’est vrai, à la fois une belle continuité « modes doux » sur la rue Moncey, tout en conservant un parking partiel pouvant servir, d’une part aux résidents, notamment la nuit, qui ont du mal à se garer dans un secteur contraint, et pour le stationnement des visiteurs des commerces et des services publics alentour ? Je vous rappelle que l’avenue de Saxe est un autre axe de prestige au plan commercial, qui a des commerces qui tournent ou qui tournaient avec des gens qui viennent de très loin faire leurs achats dans ces commerces et que de trouver une place de stationnement à cet endroit était quelque chose de tout à fait intéressant.

M. Remy l’a évoqué, mais quand on constate l’ampleur de la superficie totale du parking DDE et de la place Bahadourian, quand vous regardez sur une carte ces deux espaces, la superficie qu’ils occupent, sans doute y avait-il moyen de concilier espace vert, espaces de jeux, itinéraires modes doux et de garder certaines places de stationnement ? Mais il est vrai que c’était tout à fait contraire à l’écologie punitive que pratiquent certaines parties de votre majorité.

3e lacune : le manque d’ambition pour la place Guichard. Vous nous annoncez aujourd’hui des aménagements légers pour faciliter les déplacements. Dans votre programme de 2014, la musique était différente. Vous promettiez une place Guichard réaménagée, végétalisée avec une possibilité d’aire de jeux pour les enfants. Cette place est en effet un lieu majeur du 3e Ouest. Elle demande effectivement à être qualifiée et revalorisée, en cohérence avec ses usages (le collège, l’école, le marché, les commerces, la Bourse du Travail…). Il s’agit d’amplifier et de conforter une dynamique que l’on peut constater sur la rue Moncey, entre les rues Servient et Part-Dieu.

Enfin 4e lacune : c’est celle de l’extrémité Nord et de l’articulation avec le cours Lafayette et le 6e arrondissement. Cette partie ne peut être oubliée car là encore il s’agit d’une porte et force est de constater que cette porte de la diagonale Moncey est bien malmenée actuellement avec les travaux sur le cours Lafayette et l’abandon du secteur Récamier/square Bérerd, un sujet que Dominique Nachury suit de très près, avec laquelle nous avons eu l’occasion d’échanger. Se pose aussi la question du devenir de l’îlot Moncey/Lafayette/Garibaldi pour lequel vous faites une proposition d’évolution du PLU-H de dernière minute : espérons que vous n’allez pas poser à cet endroit un nouveau projet de « pâté » de grande hauteur.

Finalement, le projet que vous nous proposez est assez « macronien ». On parle d’une diagonale, donc c’est un dossier sur lequel on a tendance à biaiser, c’est normal. C’est un dossier qui fait quelques pas dans la bonne direction, mais ça ne nous amène qu’à mi-chemin de l’objectif. Il est largement survendu et M. Le Faou l’a encore démontré en nous parlant surtout de la communication et de la méthode, mais finalement, on parle assez peu du fond. Et puis c’est un projet qui sert à améliorer le cadre de vie et l’attractivité de l’axe. Et en même temps, il va réduire les capacités de stationnement et porter atteinte à l’attractivité commerciale.

Donc, nous allons donc voter favorablement ce projet parce qu’il va dans le bon sens. Mais vous l’avez compris avec mon intervention, c’est un petit oui car ce projet n’est pas vraiment à la hauteur de l’ambition pour la diagonale Moncey qui ne traite finalement que le segment Ballanche-Saxe. Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone