Collomb encore candidat : quel renouveau !

Conseiller municipal depuis 1977, député de 1981 à 1986, conseiller régional de 1992 à 1999, maire d’arrondissement de 1995 à 2001, sénateur de 1999 à 2017, maire de Lyon de 2001 à 2017, président de la communauté urbaine de 2001 à 2014, président de la Métropole de 2015 à 2017, voilà Gérard Collomb qui nous annonce son retour sur la scène politique lyonnaise si tant est qu’il l’avait vraiment quittée et ne tirait pas les ficelles depuis Paris où il est ministre d’Etat et ministre de l’intérieur depuis 2017 !

Cette annonce est-elle faite pour tuer toutes les velléités émancipatrices dont Lyon bruisse et dont nous percevons les signaux au fil des conseils municipaux ou métropolitains ?

Parce qu’en termes de proposition pour un avenir meilleur, on ne peut pas dire que cette annonce soit des plus pertinentes ; quelques exemples :

  • l’agglomération lyonnaise est malheureusement régulièrement citée pour ses épisodes de pollution et la congestion automobile n’y est pas étrangère. En 2000, il promettait de finir le périphérique, de l’enterrer et de le rendre gratuit. Aujourd’hui, c’est l’horizon 2030 qui est avancé avec un tracé des années 90…
  • il y a 3 jours l’adjoint aux sports déclarait qu’il manquait 2 piscines à Lyon,
  • la construction d’écoles est en retard par rapport aux besoins et il y a même des enfants qui ne peuvent pas déjeuner à la cantine avant 13h45,
  • tous les jours Le Progrès fait état de vols, agressions, violences dont sont victimes les Lyonnais et ceux qui passent à Lyon, la place du Pont (Gabriel Péri) est encore et toujours le lieu de tous les trafics.

Comment faire encore confiance à quelqu’un qui n’a pas su anticiper les besoins de ses habitants et qui ne les protège pas ?

Quoi que certains peuvent penser, Lyon existait avant Gérard Collomb, Lyon peut donc exister sans. Depuis son départ la ville ne s’est pas écroulée car une ville ce n’est pas que ses élus mais avant tout ses habitants et ses forces vives (acteurs économiques, sociaux, culturels, sportifs, associatifs,…).

Sachons tourner les pages, il n’est pas forcément utile de revenir en arrière et de rouvrir le livre des souvenirs, regardons plutôt devant.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone