Compte administratif 2017

Intervention Stéphane Guilland lors du conseil municipal du 28 mai 2018 à propos du compte administratif 2017

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Une fois encore, il l’a dit, c’est la dixième fois Monsieur l’Adjoint aux finances, a tenté sans succès de nous persuader de la qualité de sa gestion budgétaire, autant être clair dès le départ, nous voterons contre votre compte administratif.

Ceci étant distinctement énoncé, je ne serai pas long et ne vais pas entrer dans le détail de ce compte administratif comme le fait Laurence Balas chaque année.

Je ne le ferai pas pour deux raisons monsieur l’Adjoint ; d’une part, vous ne tenez aucunement compte de nos remarques et d’autres part, certains élus de votre majorité ont quelques difficultés avec l’exercice du débat démocratique ; je n’ose à ce titre demander à Monsieur Corazzol si l’opposition peut dans cette enceinte encore s’exprimer ; en commission finances il semblait avoir du mal à supporter qu’on puisse poser des questions… Je vous remercie Monsieur le Maire de bien vouloir veiller qu’à l’avenir tel comportement ne se reproduise pas.

Concernant l’équilibre général de ce compte administratif, permettez-moi de le replacer rapidement dans son contexte en insistant sur quelques points.

Le premier concerne l’évolution des dotations de l’État. En 2009, la dotation forfaitaire culminait à 110 M€ contre 65 M€ aujourd’hui alors même que dans le même temps la population de la ville et les besoins liés ont évolué, j’y reviendrai.

Il y a néanmoins matière à se réjouir, lors du vote de la programmation pluriannuelle d’investissements en juillet 2015, vous tabliez alors sur une dotation de 60 M€ pour l’année 2017. Avec 5 M€ de plus nous pourrions nous considérer presque comme gagnants.

En cumulant ces diminutions de dotations depuis 2009 c’est 129 M€ de perte sèche pour la Ville. Si on part de ce début de mandat et de votre fameux plan marges de manœuvres, ce sont quand même 115 M€ compensés selon votre règle du 50-50 : 50% d’économie de dépenses et 50% de hausse des recettes.

Si les 50% d’économies sont à saluer, vous avez directement ponctionné les contribuables lyonnais de près de 60 millions d’euros supplémentaires 57,7 M€ pour être exact.

Vous avez fait le choix depuis 2014 d’opérer sur les contribuables et les usagers de nos services publics un racket fiscal systématique : augmentation des impôts de 6%, augmentation de tous les tarifs possibles et imaginables, piscines, terrasses, droits de voirie, enseignes, stationnement on s’en souvient et aujourd’hui encore périscolaire, j’ai pu en oublier… la liste est malheureusement longue… beaucoup plus longue qu’une commission finances -je n’y reviendrai pas- !

L’augmentation du pouvoir d’achat chère à votre gouvernement n’est à Lyon que théorique… Compte administratif après compte administratif, budget après budget, année après année, les faits sont là.

Venons-en aux dépenses… Autre sujet que Laurence Balas aborde tous les ans.

Je vais bien évidemment vous parler des 35h et de leur non application à la Ville de Lyon selon une décision -non contestable manifestement- de Gérard Collomb à ses débuts à la tête de la ville.

En moyenne depuis 2003, cette situation hors la loi représente quelques 168 équivalent temps plein soit sur la base du bilan social 2016, un coût annuel que l’on peut estimer à plus de 7 M€. Depuis 2014, c’est en cumulé environ 30 M€ et 110 M€ depuis 2003. En 15 ans votre choix de ne pas respecter la loi – car c’est un choix- aura coûté aux Lyonnais l’équivalent de 8 groupes scolaires… c’est marrant mais mis en perspective, l’effet d’annonce de votre plan pour les écoles doté de 25 millions annoncé récemment perd de sa superbe…

Toujours dans la gestion des ressources humaines, les Lyonnais ont pris note que vous aviez octroyé -au nom d’une pratique féodale héritée de l’ancien monde- une journée supplémentaire de congé à l’ensemble du personnel communal.

Si nous ne doutons pas que celle-ci vous permettra de fluidifier les relations sociales, nous regrettons qu’à l’exemple d’autres collectivités locales – je pense notamment aux régions- vous n’ayez eu le courage à ce jour de prendre le dossier du temps de travail des agents dans le bon sens.

Deuxième point, qui n’est pas sans lien avec le fonctionnement puisqu’il en découle, c’est celui du financement de nos investissements. Nous avons une épargne nette qui diminue pour la sixième année consécutive. Sous les 2 précédents mandats au même stade de mandat, elle était alors en progression de 43 et 47%. Si nous voulons maintenir notre niveau d’investissement nous devrons demain recourir à l’emprunt. Notre capacité de désendettement, même si elle est encore très raisonnable, repart à la baisse. Les incertitudes internationales actuelles risquent fort d’avoir un impact à la hausse sur les taux d’intérêts. Dès lors, il nous faut être d’une extrême vigilance.

Pour autant, vous vous gardez de belles poires pour la soif… en regardant d’un peu plus près vos autorisations de programme, que constatons-nous ? A ce jour, pour le seul secteur scolaire, nous avons encore 16 M€ qui restent de la programmation 2008-2014 et 107 M€ sur 2015-2020 soit plus d’une année complète d’investissements dédiés au seul scolaire. C’est tout l’avantage de la gestion par Autorisations de Programme et Crédits de Paiement, ça permet de faire de belles annonces et de susciter de beaux articles de presse, et de reporter la charge sur le futur ainsi au titre de votre PPI 2015-2020, les crédits de paiement pour les exercices 2019 et suivants passent en un an de 52 à 94 M€. CQFD.

Enfin, Monsieur le Maire, au-delà du fond, je voudrais m’arrêter sur la forme ; ça peut sembler anecdotique mais c’est révélateur de ce que je n’ose qualifier d’amateurisme et qui à tout le moins n’est pas digne d’une collectivité de notre envergure. En comparant votre rapport du Maire que vous nous présentez et celui de l’année dernière sur un seul sujet, je ne vais pas faire exhaustif les espaces verts par exemple, nous apprenons qu’au lendemain de l’attribution d’une 4e fleur à notre ville, ce pourquoi les agents de notre ville peuvent être chaleureusement félicités, nous apprenons donc qu’entre 2016 et 2017 :

  • le nombre de bassins et fontaines est passé de 80 à 110.
  • que notre production de plantes au centre horticole dégringole de 620 000 à 385 000 mais qu’en revanche vous avez été saisi d’une frénésie de plantation d’arbre dans les parcs et balmes puisque nous en avons 61 700 contre 55 000 ; 12% de plus en un an, vos allies écologistes ne peuvent que s’en réjouir.
  • qu’on perd 1 million de visiteurs au parc de la Tête d’or ; de plus de 3 millions, nous arrivons à plus de 2 millions.
  • que 300 espèces botaniques ont disparu en un an ; heureusement que les petites serres sont encore là, sinon ce serait pire…

Le détail de vos chiffres sur les espaces vert prête à sourire vous en convenez, mais d’autres font peur : entre 2016 et 2017, nos bibliothèques ont perdu 32 500 inscrits soit 28%. Si cette baisse est réelle, alors il faut d’urgence s’interroger sur l’adaptation de nos bibliothèques aux besoins de nos concitoyens, ce qui pose notamment la question de leur ouverture dominicale que nous avons déjà abordée ici.

Voici monsieur le Maire,  les quelques éléments que nous souhaitions aborder à l’occasion de ce compte administratif 2017.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone