Sur la question des véhicules utilitaires légers, il y a une inquiétude latente des représentants de l’artisanat qui sont souvent des entrepreneurs fragiles. Ils n’ont pas toujours la capacité de renouveler leur matériel contrairement aux grandes entreprises. La grogne monte sur les capacités de stationnement, de circulation et le futur péage urbain annoncé. Il faut penser à des solutions pour permettre aux artisans de travailler, créer de l’emploi. En même temps, on a bien conscience qu’on doit tous faire des efforts, car nous souffrons tous de la pollution.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone