Cumul de mandats

Monsieur le Maire, Monsieur le Président de la Métropole de Lyon depuis le 10 juillet dernier. Nous savons tous ce que représente la Métropole de Lyon. Je voudrais cependant rappeler que c’est 1 200 000 habitants, 33 fois environ la population de la Croix-Rousse, 3 milliards d’€ de budget (quatre fois le budget de la Ville de Lyon tout budget confondu) et bien sûr des compétences et des missions très importantes du fait notamment de la fusion entre la COURLY et le Conseil Général sur 59 communes dont Lyon. Et vous êtes, Maire du 4ème arrondissement de Lyon. L’été est passé, le temps des félicitations aussi, Vient le temps des questions.

La question que je vous pose politique et je vous la pose comme un élu qui s’est engagé ouvertement en faveur de la réduction des mandats et la fin de leur cumul. Alors dans ce nouveau monde, selon Monsieur Macron, la question est : êtes-vous à l’aise vis-à-vis du cumul que vous pratiquez entre votre mandat de président de la Métropole de Lyon et celui de maire du 4ème arrondissement ? Être président de la Métropole, c’est une responsabilité considérable, qui mérite que l’on s’y consacre corps et âme et à temps plein. Votre situation de cumul me pose trois questions, sous forme de trois hypothèses…

La première hypothèse: est-ce un cumul passager, voire« technique » dans le sens où vous seriez prêt à démissionner de l’un ou l’autre de vos mandats dans les prochains jours ou semaines.

Est-ce un cumul temporaire, opportuniste dans le sens où vous occuperiez ces deux mandats un peu comme on occupe deux appartements, deux logements, en étant propriétaire de l’un (relativisons) et locataire de l’autre, en attente du retour du primo occupant ! Une sorte de colocation au format de l’auberge politique lyonnaise espagnole, ceux qui rentrent, ceux qui sortent selon les aléas de la vie publique et où finalement on s’arrange selon les circonstances. Tu prends tel mandat mais tu ne démissionnes pas de l’autre parce que je vais peut-être revenir, mais je ne sais pas quand. Etc, etc, etc.

La dernière hypothèse, c’est celle d’un cumul définitif jusqu’à la fin du mandat : et là, j’avoue j’ai peine à y croire. Ce serait un sacré pied de nez aux électeurs de la Croix-Rousse

 

 

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone