Ecole : mesures Macron pour les CP et rythmes scolaires

Intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal de Lyon du 18 juillet 2017 à propos des impacts des mesures Macron pour les CP et sur les rythmes scolaires

 

Mes chers collègues,

Le 29 mai dernier, j’avais dans cette enceinte sollicité votre prédécesseur sur deux problématiques liées à l’école. Les réponses étaient, comme à son habitude, quelque peu évasives – j’en ai parlé hier. Le temps a passé, vous êtes devenu Maire, l’Adjointe à l’Éducation n’est plus, et des éléments nouveaux sont arrivés. Je vais donc revenir sur ces deux problématiques afin que vous puissiez, Monsieur le Maire, nous apporter vos réponses, puisque, si vos adjoints ont été élus hier, nous n’en connaissons pas encore les délégations.

Ces deux problématiques étaient : le dédoublement des classes de CP en REP + et la réforme des rythmes scolaires.

Sur le dédoublement des classes de CP, l’Adjointe alors en charge de l’Éducation parlait de 21 à 27 classes il y a un petit mois. Au regard des créations d’emplois que vous nous présentez en fin de Conseil, il semble que nous soyons plutôt sur 27 classes. Pouvez-vous nous indiquer les impacts budgétaires, tant en termes de moyens humains qu’en termes d’adaptation des locaux ? Je pense qu’en un mois et demi, les services ont eu le temps d’affiner ces évaluations budgétaires.

Puisque la volonté présidentielle a vocation à s’étendre aux classes de CP en REP et de CE1 en REP + et REP l’année prochaine, il nous semblerait utile que vous puissiez nous communiquer les impacts globaux de la réforme, lorsqu’elle sera menée à son terme. Impacts pour notre Ville, bien sûr ! Les impacts pour l’Éducation nationale n’étant pas de notre compétence, même s’ils seront réels, puisqu’on va manifestement déshabiller Paul pour habiller Pierre, en affectant les maîtres + à ces dédoublements de classes. Maîtres +, qui, auparavant, intervenaient en renfort de la maternelle au CM2 et qui, pour 84 d’entre eux dans le Rhône, vont se consacrer aux seuls élèves de CP en REP +.

Sur la réforme des rythmes scolaires, la publication récente d’une étude réalisée par la Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance du ministère de l’Éducation nationale confirme plutôt le ressenti que nous avions sur l’organisation que vous avez souhaitée mettre en place à Lyon, par rapport au satisfecit que l’ancienne Adjointe à l’Éducation se décernait fin mai.

Il ressort en effet que, pour l’organisation du temps scolaire retenue à Lyon, adoptée par 7 % des écoles françaises, soit 8 % des élèves, les élèves plus faibles scolairement sont plus susceptibles d’être impactés négativement.

L’appréciation des parents aujourd’hui pour le rythme retenu à Lyon est faible. 42 % en effet estiment que cette réforme est profitable à leur enfant et 72 % trouvent que la fatigue des enfants est accrue.

Si, effectivement, on peut penser qu’une amélioration a été apportée au niveau de la pause méridienne, le choix du vendredi après-midi ne nous apparaît pas pertinent et son utilité pose réellement question tant dans l’effet sur les enfants que dans son coût.

L’annonce hier par le président de la République et le Premier ministre de porter les économies à réaliser par les collectivités de 10 à 13 milliards d’euros ne fait que renforcer notre questionnement sur notre capacité, sur la capacité de notre ville, à continuer sur une voie en forme d’impasse.

Je réitère donc, Monsieur le Maire, mes interrogations précédentes quant aux évolutions envisagées de l’organisation du temps scolaire. Quelles sont vos intentions ? Comment comptez-vous vous y prendre ?

Nous ne pouvons que souhaiter que l’avis de tous – parents et communauté éducative – soit cette fois bien pris en compte.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone