Évolutions politiques et la question de la place Gabriel Péri

Retrouvez l’intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal du 18 novembre 2019

Monsieur le Ministre d’État,

Je pense que l’intervention de notre collègue PERRIN-GILBERT aurait pu avoir une réponse. Ce n’est pas votre souhait, je vais donc enchaîner sur mon intervention.

En football, Monsieur le Ministre, le mercato débute au 1er janvier. On ne peut pas dire que ce n’est déjà pas le cas dans notre assemblée. En 2014, cela avait été un peu plus tard. Il avait fallu attendre fin janvier pour que Mesdames BOUZERDA et REYNAUD changent de camp. Là, cela a déjà commencé. Cela a même débuté il y a un an lors de votre quatrième réélection comme Maire de Lyon, avec le changement de camp de Madame TAZDAÏT. Plus récemment, nous avons eu Monsieur HAMELIN, qui a découvert toute votre munificence, qu’il s’était malheureusement refusé à voir jusque-là. Il a ouvert les yeux à près de 62 ans. Alléluia !

D’autres transferts, semble-t-il, devraient poindre. Que voulez-vous ? C’est la nature humaine avec ses quelques travers. Nous comptons en tout cas sur notre collègue Roland BERNARD, dont on a vu en ce début de séance ou en préambule de cette séance, toute l’énergie qu’il pouvait mettre à accueillir les nouveaux convertis et à expliquer qu’il ne pouvait pas s’asseoir à cette place tant ses voisins le rebutaient. Mais nous vous laissons gérer vos affaires vous-même.

Nous saluons également l’arrivée d’un nouveau groupe politique aujourd’hui au sein de notre assemblée. Nous n’avons pas bien compris s’il était dans la majorité ou dans l’opposition, ou juste que ses membres avaient besoin d’un peu plus de liberté. Nous ne savions pas que vous les bridiez à ce point.

Peut-être serons-nous plus avancés à l’issue de ce Conseil, où plus de 60 % de l’effectif a prévu de prendre la parole. C’est une première qui mérite d’être soulignée. Ce sera sûrement très sympathiques, nous l’espérons, car le premier effet sera tout de même de rallonger un peu les séances. C’est un peu le marquage à la culotte de la part de votre groupe, toujours dénommé Socialiste, Radical et apparentés, que préside Jean-Yves SÉCHERESSE. Ce doit être le deuxième effet Kiss Cool. Je ne me risquerai pas à avoir une traduction littérale de cette expression.

En même temps, nous comprenons cette prise de distance que nous avions déjà pu observer il y a quelques mois, quand notre collègue KIMELFELD, maintenant relégué tout en haut à votre gauche, avait migré dans cet hémicycle pour s’éloigner de l’espionnite aiguë dont il était victime de la part de son voisin, trésorier, entre autres, de votre parti politique. Là, maintenant, il est à l’abri et il devrait être tranquille.

Mais, foin de ces chicayas, Monsieur le Ministre, venons au procès-verbal de notre dernière séance, où nous avions débuté en évoquant les problèmes de sécurité qui malheureusement ne se limitent pas, vous le savez, à la Presqu’île.

Écoutez plutôt ce qui ressort de la lecture du Progrès des 15 derniers jours :

  • Dimanche 3 novembre, Lyon 6e, « Le suicidaire accueille les pompiers avec une batte de Baseball », Lyon 7e, « Il se fait remettre la caisse armé d’un couteau », Lyon, « Le voleur d’alcool venait d’être libéré » ;
  • Lundi 4 novembre, Lyon 5e, « Elle menace une conductrice de bus et exhibe un marteau », Lyon 3e, « Ils volent un portable et commandent un repas en ligne » ;
  • Mardi 5 novembre, Lyon 9e, « Arrêtés avec le butin d’un vol à la roulotte », Lyon 2e, « Un voleur à la tire arrêté en flagrant délit » ;
  • Vendredi 8 novembre, Lyon 2e, « Le fils du président du club de foot de l’AJ Auxerre victime d’un braquage » ;
  • Samedi 9 novembre, Lyon 7e, « Il récupère sa voiture à la fourrière en forçant le passage » ;
  • Mercredi 13 novembre, Lyon 9e, « Un livreur de drogue arrêté lors d’un contrôle », Lyon 3e, « Il voyage sans ticket, mais avec du cannabis » ;
  • Jeudi 14 novembre, Lyon 7e, « Deux jeunes voleurs à la tire arrêtés à la sortie du métro », Lyon 3e, « Un SDF surpris en train de cambrioler un restaurant » ;
  • Sans oublier, le lundi 11 novembre, Lyon 1er, « Un noctambule blessé par une balle perdue sur la place des Terreaux ». Oui, à deux pas d’ici, on peut se faire tirer dessus. Sûr que cela va renforcer l’attractivité de notre ville…

Lors du dernier Conseil municipal, objet de ce compte rendu, vous nous aviez annoncé un recul de la délinquance de 1,7 % depuis janvier après une montée les années précédentes. Vous savez, Monsieur le Ministre, je n’ai pas la foi des convertis – j’en ai parlé au début de ce Conseil – et je suis un peu comme Saint Thomas. C’est la raison pour laquelle je demande depuis maintenant 17 mois les statistiques d’évolution de la délinquance, des crimes et des délits sur Lyon.

Au Préfet délégué d’abord, à qui il a fallu deux courriers et un recommandé pour qu’il me dise de me tourner vers vous. Ce que j’ai fait une première fois puis une seconde fois auprès de votre Adjoint qui n’avait pas répondu à cette demande. Cette seconde fois, il m’a été répondu de me tourner vers le Procureur de la République, ce que j’ai fait, qui, lui, m’a demandé de me retourner vers le Préfet. Ubu n’est pas loin, nous tournons en rond, mais nous progressons.

Dans quelques minutes, Madame la Maire du 7e, par ailleurs Présidente de ce nouveau groupe dont nous saluons l’arrivée dans cet hémicycle, va vous interroger sur la situation de la place Gabriel Péri. Comme nous n’aurons pas la possibilité d’intervenir sur ces questions d’arrondissement, je vais prendre les devants.

C’est Jean-Yves SÉCHERESSE, d’après les informations qui nous ont été données en Conférence des Présidents, qui va répondre aujourd’hui en tant qu’élu du 7e arrondissement. Il aurait pu apporter ces réponses lors du dernier Conseil, où le problème a été évoqué, mais c’est vrai qu’il n’était pas présent. C’est surtout, à quelques semaines des prochaines élections, le moyen que vous avez trouvé pour essayer de démontrer que vous faites quelque chose sur cette place qui ressemble plus, vous en conviendrez, à la cour des Miracles.

Pourtant, dès juin 2014, peu après votre troisième élection, notre collègue d’arrondissement, Saïdi-Ali CHELLALI, avait demandé dans le 7e que soit prise en compte la dimension de ce qui se passait là-bas et que des actions concrètes et urgentes soient menées.

Il y a un an, ici même, c’était notre collègue Jean-Jacques DAVID qui revenait à la charge sur ce sujet.

Il y a deux mois, à l’occasion de la mise en place de l’expérimentation de vidéoverbalisation, je vous demandais de ne pas vous cantonner au centre Presqu’île.

Il semblerait que ce soit dans les tuyaux, alors vous comprenez notre incompréhension quand, au Conseil du 3e arrondissement, le vœu de notre collègue Pierre BÉRAT pour sa mise en place est refusé par votre majorité.

S’il faut saluer, sur le secteur de la Guillotière, l’action des équipages de police municipale présents du lundi au samedi et les récentes actions des services de la police nationale et des douanes, malheureusement, dès que le chat est parti, les souris dansent à nouveau.

C’est alors souvent à grand peine que vous pouvez atteindre la station de métro côté 7e tant il vous faut vous frayer un chemin entre les déballeurs de marché sauvage et les vendeurs à la sauvette de cigarettes. Hier après-midi, vers 15 heures 45, pas moins de dix vendeurs de cigarettes à la sortie du métro côté 7e

Mais cette situation n’a malheureusement pas commencé en 2014. Elle remonte à plus loin et s’est amplifiée au fil du temps, sans que vous, Maire de Lyon depuis 18 ans, ne preniez effectivement la mesure de ce qui se passait.

Alors, oui, Monsieur le Ministre, nous espérons réellement que les réponses qui seront apportées à Madame la Maire du 7e ne seront pas uniquement des effets d’annonce préélectorale, mais qu’elles seront vraiment suivies d’effets concrets pour les habitants de ce quartier qui n’en peuvent plus.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone