Fermeture de l’école Claude Lévi-Strauss

Retrouvez l’intervention de Dominique NACHURY à la proposition de fermeture de l’école Claude LEVI-STRAUSS :

 

Merci, Monsieur le Maire.

Ce soir, dans cette enceinte municipale, vous nous proposez l’ouverture de l’école primaire Françoise Héritier et la fermeture de l’école maternelle Claude Lévi-Strauss. On tue le père. Est-ce une indication, une incitation ou un exorcisme ?

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Décider de fermer les portes d’une école, fut-elle de deux classes et dans des lieux singuliers est une décision violente.

S’agissant de l’école Lévi-Strauss, nous voulons reprendre devant vous et tous les conseillers les remarques, interrogations et incompréhensions exprimées lors de la Commission Éducation.

Tout d’abord sur la forme, une fermeture portée à la connaissance des élus, des parents, par voie de presse et des parents d’élèves informés par communication téléphonique à l’un des parents délégués la veille des vacances d’hiver.

Ensuite, nous relevons beaucoup d’incohérences dans les motifs invoqués pour cette décision de fermeture. Il est vrai qu’ayant fermé l’élémentaire, vous fragilisiez la maternelle, mais le maintien de la maternelle avait été assuré aux parents.

Sont évoqués des désordres techniques, mais il ne semble pas que les services de sécurité aient donné un avis défavorable à la poursuite de l’activité. Un dégât des eaux lié à des travaux peut survenir dans bien des immeubles et n’induit pas condamnation des lieux. Exemple, l’école Alphonse Daudet dans le 9e connaît bien des problèmes avec ses sanitaires depuis deux ans, ce qui a juste provoqué mi-janvier des désordres importants. Je ne crois pas que l’on ait envisagé de fermer l’école.

Est évoquée l’absence de cour de récréation alors même que le projet Terrasses de la Presqu’île intègre une cour de récréation et alors qu’aujourd’hui la mise à disposition d’un espace dans la cour du Musée des Beaux-Arts apporte une solution transitoire satisfaisante.

Concernant les Terrasses de la Presqu’île, la cour figure dans l’avenant numéro 1 que vous nous avez fait voter ici et à la Métropole il y a un an. Concernant l’utilisation de la cour du Musée, le 21 janvier, Madame le Maire du 1er arrondissement indiquait sa satisfaction qu’elle puisse servir de cour de récréation et demandait le maintien de cette possibilité jusqu’à la livraison de la nouvelle cour. Votre Adjoint se disait très heureux de cette solution et n’a alors jamais mentionné la fermeture de cette école. Peut-on croire que la décision a été prise postérieurement au 21 janvier ? Et pourquoi une cour sur un espace public ne serait pas « sécure » dans le 1er arrondissement alors qu’elle le serait dans le 3e avec la cour que vous allez faire pour l’école Léon Jouhaux sur une place publique ?

Sont évoqués les déplacements, mais beaucoup d’élèves se déplacent pour les repas, le sport, les activités et il est proposé que les élèves de Lévi-Strauss d’ailleurs soient répartis sur des écoles où des déplacements sont nécessaires. Certes on peut choisir de déplacer les plus grands, mais quelle différence sur les risques encourus ?

Cette école n’aurait pas les équipements standards mais elle a une salle de cantine de 36 places et une salle de motricité. Au ratio d’élèves, bien des écoles sont moins équipées.

Enfin, trois remarques plus générales.

Vous répartissez les élèves de Lévi-Strauss sur trois écoles en considérant qu’il y a des places suffisantes. Mais tout cela, cela marche bien derrière un bureau. C’est bien plus complexe à appliquer en tenant compte des contraintes de chacune des écoles accueillantes. Quelles conséquences sur les effectifs des classes ? Sur la restauration ? Sur les espaces d’évolution et de récréation ?

Deuxième remarque, une école est un équipement de proximité, qui participe à la vie de quartier, qui crée des liens entre les familles, entre les habitants. Toute une partie de la Presqu’île sera privée d’école, même modeste en taille, et si les familles sont moins nombreuses, elles ne risquent pas de venir ou de revenir s’installer dans cette partie de l’arrondissement.

Dernière remarque, adapter l’offre scolaire est en permanence nécessaire et on aurait pu comprendre cette fermeture dans un contexte de projet global, plus large, permettant de répondre aux difficultés des écoles du territoire, Michel Servet, Robert Doisneau et Lamartine, mais ce n’est pas le cas ici.

Notre groupe votera contre ce projet de délibération et s’associe à la demande de scrutin public

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone