Fourrière automobile : une conversion climatique inachevée

Retrouvez l’intervention de Laurence Balas lors du conseil municipal du 1er juillet 2019 :

Monsieur le Maire, chers collègues,

Je voudrais d’abord remercier Monsieur LE FAOU pour sa réponse très cohérente et vraiment argumentée… Je suis convaincue de la réponse ! Merci beaucoup, là, cela m’a éclairée !

Alors, je voudrais simplement dire un petit mot sur la fourrière. Si je n’avais rien dit, je pense que certains auraient été déçus. Ce sera rapide.

Pour dire d’abord que nous espérons vraiment que le renouvellement de cette délégation de service public avec un nouveau prestataire permettra un fonctionnement plus correct et respectueux du contrat passé par le délégataire avec la Ville, après les péripéties vécues avec le prestataire précédent.

Mais j’ai une question cependant pour vous, Monsieur COLLOMB, qui semblez être devenu depuis peu un adepte convaincu de l’écologie, vous plantez des arbres, vous l’avez redit encore hier sur CNews, j’ai écouté avec attention ce que vous avez dit. Comment expliquez-vous que, dans la procédure d’appel d’offres pour le renouvellement de la DSP de la fourrière, vos services aient incité le délégataire retenu à modifier son offre de véhicules pour passer de véhicules au gaz à des véhicules thermiques, parce que cela coûtait moins cher et qu’ainsi son offre serait plus compétitive ? C’est à la page 10 du rapport d’analyse des offres. Vous pouvez lire : « Les véhicules neufs et fonctionnant au gaz sont remplacés par des véhicules récents, revendus en fin de contrat, et thermiques Euro 6. »

Alors, comme j’aime être documentée, j’ai été regarder sur Internet et la norme Euro 6 justement, j’ai découvert qu’elle a été annulée par la justice européenne en décembre 2018, car considérée par certains comme, je cite, « un permis de polluer », puisqu’in fine, la marge d’erreur de cette norme permet de fabriquer des véhicules dont les émissions de NoX sont supérieures à 80 milligrammes par kilomètre, limite fixée par cette même norme.

Comme la Commission européenne a un an pour mettre en place une nouvelle réglementation et que la décision n’est pas suspensive, tous les véhicules produits aujourd’hui en norme Euro 6 sont donc susceptibles de dépasser ce seuil.

Alors, écologie ne rime pas toujours avec économies, en tout cas à court terme, mais c’est un choix et les Lyonnais apprécieront sans doute, en ces périodes de pic de pollution, cet état de fait. C’est la raison pour laquelle nous voterons symboliquement contre cette délibération, parce que, sur le fond, nous sommes d’accord pour cette délégation, mais là, le symbole a un sens.. À l’heure où l’on impose des vignettes aux automobilistes, et c’est raisonnable, il faut que les collectivités soient exemplaires sur ces sujets de développement durable et de lutte contre la pollution.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone