Gerland : un feuilleton coûteux

Intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal du 27 mars 2017 à propos de Gerland

Lors d’une précédente intervention sur votre politique en matière d’équipements sportifs à Gerland, je vous avais demandé s’il était possible d’avoir une vision globale de vos choix et de leurs impacts financiers. Comme trop souvent nous n’avons pas eu de réponse mais là pour une fois vous aviez une bonne raison de rester silencieux. Vous ne savez pas vous-même où vous aller.
Le dossier qui nous est soumis en apporte une fois de plus la preuve. Revenons en arrière, en juillet dernier, vous nous soumettez une convention permettant le transfert du LOU à Gerland ce dont chacun ici se réjouit. Par la même occasion, nous actons un bail emphytéotique, des droits à construire, une adaptation du stade, etc.
Autant d’éléments qui constituaient des obstacles insurmontables il y a dix ans quand les mêmes questions se posaient pour l’OL. Depuis, le projet a évolué ou plutôt le projet s’est affiné car si du côté du LOU, les objectifs, les moyens, le planning et les financements étaient, professionnalisme oblige, calés avant la signature du bail, on constate qu’il n’en était rien du côté de la Ville de Lyon, qui n’avait manifestement pas anticipé les contraintes qui naitraient ce transfert.
Acte1, vous avez sous la pression des habitants et des élus d’opposition admis que la fermeture de la piscine de Gerland n’était pas envisageable.
Acte 2, pour calmer le mécontentement, vous sortez une de vos armes favorites, une promesse, celle d’une nouvelle piscine.
Acte 3, aujourd’hui, pour garder la piscine ouverte jusqu’en 2019 et la jouissance des terrains de tennis jusqu’en juillet 2017 vous négociez, je ne suis pas sûr que le mot soit bien choisi, avec le LOU de récupérer ces équipements que nous leur avons transféré il y a moins de 6 mois en contrepartie d’une redevance de 80 000 euros soit plus de 40% de la redevance annuelle du LOU pour la totalité du tènement, stade compris, je ne vous referais pas la démonstration que vient de vous faire Christophe Geourjon. J’ai la faiblesse de penser, Monsieur le Maire, que si cette négociation avait été menée lors du premier round, cette mise à disposition n’aurait rien coûté aux Lyonnais.
Votre manque d’anticipation commence à coûter cher aux Lyonnais. Lors du dernier conseil municipal, nous avions déboursé la somme de 320 000 euros pour récupérer 18 mois avant le terme de la convention deux terrains laissés vacants par le départ de l’OL à Décines sans parler des 1,8 M€ engagés pour la rénovation et la transformation de ces terrains. Aujourd’hui, c’est 80 000 euros pour quatre courts de tennis et des vestiaires, nous avons hâte de connaitre ce que vous nous réservez encore et quel en sera le coût mais nous avons acquis la certitude que nous ne sommes pas au bout de nos surprises.
Le maintien de la piscine en service jusqu’en 2019 est une bonne nouvelle pour les Lyonnais. Nous ne saurions donc voter contre cette décision. Ce n’est pourtant, compte tenu du contexte général de cette délibération, pas l’envie qui nous manquait.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone