Hommage en la mémoire de Madame Christiane NICOLAS

Intervention de Jean-Jacques DAVID lors du conseil Municipal du 17 décembre 2018

Monsieur le Ministre, Mes chers collègues,

Cet après-midi, je souhaiterais au nom de vous tous rendre hommage à la mémoire de Madame Christiane NICOLAS, qui s’est beaucoup engagée pour notre cité et ses concitoyens.

Christiane NICOLAS s’est éteinte il y a quelques jours, le 28 novembre, à l’âge de 79 ans. Malade, elle a beaucoup souffert mais a quitté notre monde dans une dignité exemplaire, dignité qui est bien à l’image de ce qu’elle fut durant toute sa vie.

Son implication politique débuta avec Camille GEORGES au Conseil du 2e arrondissement, puis se poursuivit sur ces bancs de 1989 à 1998, où j’ai eu la chance de la côtoyer. Conseillère municipale déléguée, puis Adjointe, elle a eu à cœur de mettre en œuvre le plan Enfants dans la Cité, porté par Michel NOIR et Jean-Michel DUBERNARD.

Dès l’été 1989, elle était à pied d’œuvre pour suivre tous les jours de juillet et août les travaux du grand plan investissement dans les écoles, plan de plus de 15 millions d’euros, décidé à l’époque par la nouvelle municipalité. C’est grâce à elle que cette rentrée scolaire 89-90 a pu se dérouler dans de bonnes conditions.

C’est au Conseil municipal du 23 novembre 1992 qu’elle fut élue Adjointe en charge des Bâtiments et Restauration scolaire, en même temps que sept autres nouveaux Adjoints. Mais, signe d’une certaine reconnaissance de ses pairs, c’est elle qui recueillit alors le plus grand nombre de suffrages.

Modeste, d’un dynamisme incroyable, elle n’était pas dans une attitude dogmatique et conflictuelle. Elle avait toujours à cœur de convaincre, de faire adhérer les uns et les autres et particulièrement les services municipaux aux projets qu’elle entendait mener.

Courageuse, humaine, de bonne humeur, souriante, pétillante, tels sont les qualificatifs qui viennent quand on évoque son souvenir. C’était une optimiste enthousiaste auprès de qui la communauté éducative a toujours pu trouver une écoute attentive.

Quand elle disait qu’elle allait faire, nous pouvions être certains que, sans bruit, ce serait fait. Je crois qu’ainsi, elle faisait honneur à la fonction d’élu.

Comme me l’a dit un de ses amis proches, c’était quelqu’un de bien.

À ses enfants, Corinne, Vincent et Olivier, leurs conjoints, ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants, je voudrais adresser en cette enceinte au nom de vous tous, mes chers collègues, nos plus sincères condoléances.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone