Îlot Desaix : c’est non !

Retrouvez l’intervention de Pierre Bérat lors du conseil municipal du 27 janvier 2020 :

Merci, Monsieur le Maire.

Je voulais d’abord dire que j’étais un peu surpris de ce que vous venez de proposer à Monsieur MALESKI de lui donner un ouvrage sur la rue Moncey. Je pensais qu’il avait la feuille de route depuis six ans déjà. Visiblement, il ne l’avait pas. C’est un peu étonnant. Je pensais qu’ils savaient où ils allaient dans le 3e, mais s’ils n’avaient pas les documents, c’est un peu préoccupant.

Sur ce dossier, il nous est demandé de valider le montage technique et financier de cette liaison piétonne en cœur d’îlot à la Part-Dieu. Je voudrais dire que je suis un peu désolé de terminer ce mandat avec un dossier qui m’apparaît un peu anachronique et incohérent.

Il est anachronique et incohérent, parce que l’on peut se demander quel est l’intérêt de faire passer les piétons à cet endroit en cœur d’îlot, alors qu’on a aménagé la Part-Dieu avec de très grands trottoirs et qu’on nous rebat les oreilles depuis de nombreuses années, en nous disant qu’il faut faire un sol facile à la Part-Dieu et que le but, c’est de ramener les piétons dans la rue pour animer la Part-Dieu. Donc je pose la question : pourquoi cherche-t-on à détourner un flux piéton de 10 mètres pour faire passer en cœur d’îlot, alors que nous avons de beaux trottoirs rue Desaix et rue Paul Bert et qu’il serait bien effectivement que ces rues soient animées, qu’il y passe des piétons et que cela crée une ambiance à la Part-Dieu qui soit un peu plus urbaine et vivante ?

Sur le fond, par rapport au projet Part-Dieu, j’ai un peu de mal à comprendre la logique qui est derrière.

Ensuite, c’est un projet anachronique et incohérent, parce que nous connaissons tous les difficultés de gérer ce type de lieux qui mixent propriété privée et propriété publique.

Monsieur LE FAOU, samedi, dans Le Progrès, nous disait que les aménagements d’hier ne sont plus adaptés. Monsieur LE FAOU, il ne faut pas se contenter de le dire, il faut dans les dossiers le faire. Donc, ne nous laissez pas en fin de mandat des dossiers qui ne sont plus adaptés aux réalités d’aujourd’hui.

On sait que ces dossiers ne sont pas de bons dossiers. Nous connaissons tous dans nos arrondissements des passages qui ont été fermés après des luttes incessantes entre les riverains, les usagers, parce que, dans la durée, ces espaces ne sont pas gérés.

On connaît à la Part-Dieu tous ces espaces qui sont tombés en désuétude, parce qu’il y avait un problème de domanialité et parce qu’on ne savait pas qui devait gérer ces espaces dans le temps. Ils sont devenus des impasses où plus personne ne passe et où les choses se dégradent.

Il est effectivement difficile de sécuriser ce type de lieux. Nous avons eu un débat en Commission Sécurité, où Monsieur SÉCHERESSE a fait part de son étonnement sur ce projet. Apparemment, il n’y a pas eu de Commission de Prévention situationnelle pour étudier les choses. Je suis un peu surpris que l’on nous amène un dossier non préparé.

J’ai bien entendu Monsieur LE FAOU qui en appelle à une étude complémentaire, mais j’ai envie de dire qu’il aurait fallu que cette étude ait lieu avant.

On connaît tous le problème de la fermeture le soir de ces espaces. Combien y a-t-il de parcs dans nos arrondissements où nous n’arrivons pas à faire fermer les parcs et à ce que leur usage soit maîtrisé ? Là, vous allez créer un espace dont on peut penser que, rapidement, on ne sait plus qui aura la responsabilité de le fermer et qui le fera effectivement.

Pour toutes ces raisons, je pense que ce dossier est mal ficelé. Je dois dire que j’aurais eu une position différente si on nous avait parlé d’un espace vert, d’un square de proximité, parce que l’on sait que la Part-Dieu en a besoin. Là, aller créer un passage public entre des immeubles, encore une fois, sans qu’il y en ait vraiment la nécessité et avec ce niveau d’impréparation, je pense qu’on ne peut pas l’approuver en l’état et qu’il a besoin d’être réétudié pour être à nouveau présenté devant le prochain Conseil municipal.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone