La cagnotte du casino

Intervention de Laurence Balas lors du conseil municipal de Lyon du 29 janvier 2018 à propos de la cagnotte du Casino

Monsieur le Maire, Monsieur l’Adjoint aux Finances, chers Collègues, on dit que la Politique c’est l’art de la répétition, alors je vais me répéter à nouveau pour vous exprimer notre étonnement sur votre façon de gérer les ressources importantes issues de la DSP du Grand casino de Lyon, à l’heure où la Ville s’apprête à renouveler cette DSP.

Nous avons en effet découvert l’année dernière l’existence d’une « cagnotte », puisqu’il faut bien l’appeler ainsi, qui s’est accumulée au fil des années. Début 2018, elle représente encore 394 000 euros non utilisés au fil des années sur les 650 000 annuels que le casino verse à des manifestations culturelles et artistiques de qualité. Et cette somme, vous devez la dépenser avant mi-2019 qui est la fin de la DSP actuelle. Alors, vous avez essayé, en 2017, de combler, de dépenser, si je puis dire, cet argent en distribuant 840 000 euros, soit 190 000 euros de plus que ce qui devait être versé en théorie pour l’année, pour essayer de solder cette manne qui a été soudainement mise en lumière l’année dernière.

Je trouve cela curieux que vous, les partisans fervents du modèle lyonnais qui nous vantez en permanence l’attractivité de votre ville, vous n’ayez pas réussi à trouver plus de manifestations culturelles et artistiques de qualité ! Mais bon, passons sur ce sujet. Je sais que ce sont de bons problèmes : comment distribuer cet argent inespéré ou peut-être « oublié » ? Mais je m’interroge quand même sur la pertinence de votre « excellente » gestion vantée à longueur de budgets, Monsieur Brumm !

Alors que vous nous parlez de plan « marges de manœuvres » et d’économies, que vous cherchez par tous moyens à augmenter vos recettes (cf. la réforme du stationnement dont nous avons longuement parlé), comment avez-vous pu laisser s’accumuler ces sommes inutilisées au fil des années ? Pourquoi ne pas rationaliser les choses et ne financer par exemple, le Quai du Polar que par le biais du casino et libérer ainsi des ressources qui pourraient être utilisées soit pour faire des économies, soit utilisées sur d’autres sujets ? Monsieur Képénékian, vous avez évoqué il y a quelques dossiers la politique culturelle de la ville et d’autres sujets qui méritent également des financements.

Autre question : allez-vous réussir à dépenser ces 394 000 euros, en plus des 650 000 qui vont être disponibles pour 2018 et des 325 000 qui seront disponibles pour la moitié de l’année 2019, puisque la DSP se termine en août ? Ça fait en tout cas près d’1,4 M€ au total à dépenser en un an et demi (c’est moi qui vous demande de dépenser de l’argent, c’est quand même étonnant !). Ces 1,4 M€, c’est bien plus que ce que vous avez réussi à faire toutes ces années. Donc si vous ne les dépensez pas, qu’est-ce qui se passera, qu’adviendra-t-il de ces sommes ?

Enfin, nous avons bien noté que conscient de cette incapacité à atteindre ce montant de versement de 650 000 euros, vous avez baissé le plafond des versements qui seront prélevés sur le Grand casino pour la prochaine délégation de service public puisque vous l’avez rabaissé à 550 000 euros. C’est un petit peu dommage mais c’est le constat effectivement que ce n’était pas possible de faire autrement.

Parallèlement, vous avez augmenté l’autre enveloppe qui est celle des financements versés aux associations, qui passera de 200 000 à 300 000 euros. Sur cette enveloppe, une dernière question. Une partie de ces sommes est traditionnellement versée aux associations des 6e et 9e arrondissements. Cette pratique va-t-elle perdurer dans les mêmes proportions ?

Je vous remercie de répondre à ces petites questions.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone