Nérard (9°) : 3 projets pour un même lieu, à quand le 4°?

Retrouvez l’intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal du 19 décembre 2019 :

Monsieur le Ministre,

Cette délibération d’acquisition de la parcelle de l’ancienne résidence pour seniors Nérard pose plusieurs questions.

Une première relative à la gouvernance.

Étant administrateur de la SAHLMAS, actuel propriétaire, j’observe que le Conseil d’administration est sollicité pour donner son aval alors que la délibération a déjà été présentée en Commission à la Ville.

Vous nous aviez déjà fait le coup précédemment quand il s’était agi que la résidence senior ferme et soit remplacée par une résidence étudiante. On avait d’abord eu droit à la Commission avant que le Conseil d’administration de la SAHLMAS donne son accord.

Plus globalement, cela pose la question de l’utilité même de la SAHLMAS si elle ne doit être qu’une courroie de transmission de vos décisions. Nous sommes à ce titre d’ailleurs toujours dans l’attente d’une information que vous pourrez peut-être nous donner, Monsieur le Maire, sur le devenir de cette société qui ne peut rester isolée suite aux évolutions de la loi ELAN, mais c’est un autre problème.

La seconde question que pose cette délibération en est une relative à votre communication. Et là, Monsieur le Maire, je voulais, une fois n’est pas coutume, vous tirer mon chapeau, car cela, je dois le dire, confine au grand art.

Pensez donc, petit historique, en 2014, nous sommes en campagne électorale – décidément, c’est récurrent – et vous annoncez fièrement dans votre programme pour le 9e arrondissement la rénovation de la résidence pour personnes âgées Nérard. Premier coup de com’, c’est une promesse électorale, promesse qui ne sera jamais tenue puisque, dès 2015, patatras, vous décidez de fermer la résidence Nérard, pas assez rentable a priori ou trop chère à rénover pour en faire, et cela, vous l’annoncez en 2016, une résidence étudiante. C’est vrai qu’il en manque dans l’agglomération. Sans votre refus sur les lois de décentralisation Raffarin de prendre cette compétence pour la Communauté urbaine, les choses auraient peut-être été un petit peu moins compliquées dans le domaine, mais cela, c’est un autre problème.

Donc, je disais qu’après une rénovation, après une fermeture, vous êtes sur un deuxième coup de com’ en créant une résidence étudiante.

Et aujourd’hui, après que la SAHLMAS a dépensé un peu plus de 300 000 euros en études, vous nous annoncez la construction d’une école maternelle. C’est le troisième coup de com’. Nous sommes toujours sur le même terrain, rien n’y a été fait, à part trois belles annonces. On n’avance pas très vite.

Si j’osais, je dirais que, dans votre programme pour 2020, vous pouvez peut-être proposer la création d’une maternité. On descend. On est passés des personnes âgées aux étudiants, des étudiants à l’école maternelle. Une maternité ou une crèche serait peut-être une bonne idée pour un quatrième coup de com’.

La troisième remarque qu’appelle ce dossier après celles-ci, c’est la faible capacité que vous avez à anticiper. Confrontées aux mesures gouvernementales relatives au dédoublement des classes, mais surtout, et on ne peut pas se cacher derrière, à l’évolution démographique, les écoles de Vaise et de l’Industrie débordent. On voit là les limites de l’Observatoire de Démographie scolaire et le 9e n’est pas le seul arrondissement concerné. Cette école maternelle de neuf classes, envisagée à l’horizon 2022 ou 2023, ne devrait répondre aux besoins que jusqu’en 2023 ou 2024, soit pour une année.

Enfin, sur un quatrième volet, qui est votre souci écologique, parallèlement, vous devez maintenir l’école provisoire située sur le parc Montel et donc les habitants du secteur ne pourront retrouver l’intégralité du parc que dans trois ans au mieux. C’est vrai que nous ne sommes absolument pas dans un secteur urbanisé et que vous avez facilement 1 voire 2 degrés de plus de température en été.

Je pourrais vous parler aussi de la suppression au PLU-H de l’emplacement réservé pour l’extension de ce parc, notamment sur la partie occupée par l’entreprise Maurin. Trop cher a dit votre Adjoint à l’Urbanisme. C’est vrai que c’est sans nul doute préférable que cette surface, après avoir été rendue constructible, ce qui a renchéri son coût, et n’est donc pas sans incidence sur le marché immobilier, soit vendue à un promoteur qui pourra construire des logements supplémentaires dont les occupants auront des enfants, qui auront alors besoin d’une école et ainsi de suite.

Voilà, Monsieur le Ministre, l’ensemble de nos questions qui surgissent à l’occasion de l’acquisition de cette parcelle et il serait bien que vous puissiez nous apporter quelques réponses.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone