Nuits sonores : une action en matière de prévention des drogues ?

Intervention de Jean-Jacques David lors du conseil municipal du 28 mai 2018 à propos des Nuits Sonores

Monsieur le Maire,

Je prends la parole pendant que nous avons encore le quorum. Je pense que, dans 5 minutes, nous ne l’aurons plus.

Monsieur le Maire,

Nous approuverons cette délibération permettant de financer des actions dans le cadre des ateliers santé ville. Mais, à cette occasion, nous voudrions revenir sur le rôle de notre collectivité en matière de santé et l’impulsion qu’elle peut donner dans le domaine de la prévention.

Je vais illustrer mon propos, Monsieur le Maire. Très récemment se sont tenues les 16e Nuits Sonores, qui ont rencontré leur succès habituel ; très bien pour l’attractivité de notre Ville. Toutefois, le site web Médiacités a publié un article qui ne peut que nous interpeller, article intitulé Drogue : le déni des Nuits sonores.

Croire que ce festival serait à l’abri de tout usage et diffusion de stupéfiants serait une douce rigolade. Même chose si l’on pense que la présence de vigiles supplémentaires serait suffisamment dissuasive. Peut-être cela peut avoir un impact sur les dealers, mais, sur les consommateurs, cela semble nettement plus aléatoire.

Nous connaissons tous les méfaits des stupéfiants, tout comme ceux de l’alcool. Une action forte de prévention à l’occasion de ce genre de manifestations nous apparaît indispensable. Or, à la lecture de cet article, c’est plutôt la politique de l’autruche qui semble prédominer chez les responsables de ce festival.

Dans la mesure où la Ville accompagne les Nuits sonores, notamment à travers une subvention importante de près de 367 000 euros, nous souhaitons qu’elle puisse demander aux organisateurs une réelle prise en compte de ce phénomène et qu’ils s’engagent sur des actions concrètes.

Cette demande pourrait d’ailleurs ne pas être limitée aux seules Nuits sonores, mais concerner des manifestations similaires ou des lieux de spectacle propriétés de la Ville et susceptibles de connaître semblables phénomènes.

Nous sommes sûrs, Monsieur le Maire, qu’en votre qualité de médecin, vous serez quelque peu sensible à notre demande.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone