Open Data

Retrouvez l’intervention de Jean-Jacques David lors du Conseil municipal du 20 mai 2019 :

Monsieur le Ministre,

Enfin ! Oui, enfin un premier pas très, très timide vers la mise à disposition publique des données par la Ville.

Force est de constater que vous êtes bien loin du temps d’avance que vous voulez incarner. Ce sont même plusieurs trains de retard que vous avez dans ce domaine.

Est-ce le révélateur d’une incapacité de la Ville à se mettre en conformité avec les obligations légales ou d’une transparence que vous arborez ?

Cela doit être cette aversion pour la transparence, puisque vous étiez le seul sénateur, je dis bien le seul, à vous être opposé à ce texte en première lecture. J’ai cherché des explications, mais rien, aucune intervention en commission ni non plus en séance pour expliquer ce vote négatif. Le mystère demeure.

Mais revenons à cette délibération. Vous proposez donc de commencer à nous conformer aux obligations légales d’une loi du 7 octobre 2016, plus de deux ans et demi après son entrée en vigueur. Pourtant, cette loi avait fixé des délais de mise en application selon les données (6 mois, 1 an, 2 ans), délais que nous avons allègrement dépassés.

En plus, nous sommes en retrait par rapport à ce que nous faisions précédemment.

L’an dernier, Stéphane GUILLAND observait que nous affichions 13 jeux de données avec des erreurs pour certains sur la plateforme de la Métropole, et, aujourd’hui, nous nous engageons pour un dispositif expérimental d’un an avec 6 à 10 jeux de données, dont certains sont terriblement novateurs par rapport à ce qui existe déjà. Jugez-en plutôt : bureaux de vote, panneaux d’affichage. Si vous voulez des idées, je vous renvoie à notre intervention de mars 2018 sur ce sujet, où nous faisions des suggestions dans le domaine scolaire (périmètre scolaire avec cartographie précise, nombre d’élèves inscrits dans les écoles, en périscolaire, à la pause méridienne), de la Petite Enfance, de l’état civil (nombre de naissances, de mariage, de PACS, de décès), d’urbanisme (nombre de permis de construire, de logements induits), ou encore dans le domaine de nos équipements publics (fréquentation). Il y a sûrement plein d’autres données, mais comme nous n’avons pas le répertoire obligatoire prévu à l’article L. 322-6 du Code des relations entre le public et l’Administration, répertoire mis à jour annuellement, nous n’en avons hélas pas connaissance.

Bref, Monsieur le Ministre, nous sommes bien loin de l’image moderne et Nouveau Monde de la ville connectée que vous vous évertuez à vanter à grand renfort de communication. Comme bien souvent avec vous, entre la parole et les actes, il y a un fossé et c’est bien dommage.

Merci.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone