Opéra, vers une remise à plat ?

Intervention de Laurence Balas lors du conseil municipal de Lyon du 20 novembre 2017 à propos de la nécessaire remise à plat des relations de la Ville avec l’opéra

 

Ce sera simplement une remarque technique. Il serait sans doute utile de revoir complètement la convention-cadre qui lie la Ville de Lyon à l’Opéra de Lyon, qui date de 1993, et l’avenant dont nous discutons ce soir, qui date de 1994, et qui traite de la compensation financière par la Ville des emplois mis à disposition par cette dernière et non pourvus.

Un certain nombre de choses ont changé depuis cette date et cela éviterait ce qui peut ressembler à un bricolage, comme celui auquel nous assistons pour la gestion des emplois vacants.

Dans le même temps, comme ces emplois vacants correspondent, pour une partie importante (les deux tiers, nous a-t-il été dit en Commission), à des emplois non pourvus depuis des années, donc structurellement vacants, il serait utile également de procéder à un nettoyage du tableau des effectifs de la Ville, dans un souci de plus grande transparence et de bonne gestion des relations de la Ville de Lyon avec l’Opéra, qui bénéficie, je le rappelle, d’un transfert en nature et financier de 16 millions d’euros par an, le plus gros financement versé à un organisme extérieur à la Ville.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone