Monsieur le Président et chers collègues, sur le rapport n° 2014-0519 sur les aides à la pierre, le groupe UMP votera pour, et sur le rapport n° 2014-0518 sur les objectifs de production de logements sociaux, le groupe UMP s’abstiendra, en aucune façon par opposition au logement social. Je vous rappelle que je suis élu du 8° arrondissement et mes collègues de cet arrondissement savent tous tout l’attachement que j’ai à la production de logement social.

Notre abstention est liée à l’incompréhension d’une délibération qui est, à nos yeux, purement comptable fixant un objectif sans tenir compte des possibilités de chaque commune. Un exemple tout simple, monsieur le Président, Collonges au Mont d’Or est une commune qui présente un taux SRU de 4 %, qui n’a pas de foncier disponible ou très peu, qui a d’énormes problèmes techniques constructifs en zones inondables, balmes, ou autres et où même 14 années d’effort d’un de vos proches, Michel Reppelin -faut-il le rappeler- n’ont pas réussi à faire augmenter ce taux !

Cette délibération ne tient pas compte des moyens affectés, en ce moment on devrait peut-être dire des moyens affectables compte tenu de la diminution des moyens de l’Etat, et ne tient pas compte, enfin, des moyens à affecter à la vie associée à ces logements, je veux parler des infrastructures et des équipements à venir. Nous sommes d’ailleurs, à ce titre, dans l’attente de votre Programmation pluriannuelle des investissements (PPI).

Sans vouloir caricaturer cette délibération, monsieur le Président, les 1 200 logements supplémentaires à réaliser par Lyon, correspondent exactement au nombre de logements construits dans le 8° et le 9° arrondissement de Lyon lors de la dernière période triennale. Le hasard est malheureux, monsieur le Président, ces 2 arrondissements ayant chacun déjà plus de 35 % de logements sociaux ! Comment alors parler d’équilibre ? A ce titre, les informations, que nous avions demandé en commission urbanisme à la Ville de Lyon, sur la répartition par arrondissement, ne nous ont toujours pas été communiquées mais ceci, monsieur le Président, nous en reparlerons vendredi.

Depuis toujours mais surtout depuis 2012, vous ne perdez pas une occasion de nous rappeler tout le poids que vous savez avoir à Paris, la Métropole en est un exemple ! Pour autant nous aurions aimé que lors de l’adoption de la loi du 18 janvier 2013, encore une loi Duflot, encore une loi Duflot que vous avez votée, monsieur le Président, j’ai vérifié personnellement. Nous aurions aimé donc, que vous usiez de votre influence pour défendre les intérêts de notre Métropole. Non, monsieur le Président, défendre les intérêts de notre Métropole, ce n’est pas à nos yeux s’opposer au passage du taux SRU de 20 à 25 %. Cette opposition n’aurait aucun sens ! Vous auriez alors pu, peut-être, dû certainement, proposer que dans le cadre des métropoles venant à être créées, ce taux s’apprécie de façon globale et non plus commune par commune. Vous auriez alors tout le loisir aujourd’hui de nous présenter des objectifs de logement social en cohérence avec les besoins, les possibilités foncières et les financements, participant ainsi de façon qualitative, et non quantitative, à l’aménagement et à l’équilibre du territoire de la Métropole. Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone