Plan de Déplacements urbains

Intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal du 27 mars 2017 à propos du plan de déplacements urbains

Monsieur le Maire, mes chers Collègues, vous sollicitez aujourd’hui de notre Conseil un avis sur le Plan de Déplacements Urbains de l’agglomération lyonnaise. En tant que ville centre, Lyon est évidemment au cœur de ce document qui nous projette déjà en 2030.

Lors du débat à la Métropole, chacun a pu s’exprimer sur ce PDU dans sa globalité. Lors des débats d’arrondissement, nous avons pu en appréhender certains enjeux au niveau de nos quartiers. Il nous appartient aujourd’hui d’envisager les enjeux lyonnais.

Ma première remarque, Monsieur le Maire, aura trait au mode de rédaction. En tant que Sénateur, vous avez œuvré pour que la loi NOTRe confie la rédaction du PDU au SYTRAL, faisant de l’agglomération lyonnaise une exception en France. Ce n’est pas en soit préjudiciable, chacun ici sait que le SYTRAL possède toutes les compétences en la matière. Pour autant, on peut se demander si dans la rédaction de ce document, le SYTRAL n’était pas un peu juge et partie, définissant aujourd’hui ses propres objectifs pour les appliquer demain.

Dans ce PDU, deux chiffres ont retenu notre attention : la tendance prospective du PDU table tout d’abord sur une diminution des déplacements en voiture de l’ordre de 23 % à l’horizon 2030 et la part modale du vélo sera portée de 2 % à 8 %. De prime abord, ces chiffres, intéressants, paraissent plutôt irréalistes. Irréalistes pour le premier parce que la part des déplacements en voiture ne se décrète pas, Monsieur le Maire, elle ne sera que la conséquence d’une politique de développement des offres alternatives. Denis Broliquier vient de l’évoquer.

A titre d’exemple, vous savez, comme moi, que la première chose faite par les entreprises occupant aujourd’hui la tour Incity -construite sans place de stationnement faut-il le rappeler- a été de louer des places dans les parkings aux alentours et notamment, à Lyon Parc Auto, privant ainsi les Lyonnais de places disponibles et détournant à leur profit l’investissement des Lyonnais. Une sorte de privatisation des parkings publics pour ceux qui n’auraient pas compris !
Je vous invite, à ce sujet, à relire les débats du Conseil municipal du 8 juin 2009 où certains, aujourd’hui sur les bancs de votre Majorité, exprimaient alors tout le mal qu’ils pensaient de vos choix politiques.

Décourager par la contrainte le recours à l’automobile donne lieu à des détournements du système. Nous en avons là un bel exemple.

Diminuer les déplacements automobiles dans notre ville, Monsieur le Maire, est un objectif partagé. Pour autant, votre méthode nous laisse trop souvent dubitatifs.

Tout d’abord, il faut réduire les déplacements d’un point à un autre de notre ville.
Pour ce, le renforcement du réseau de transport en commun est indispensable. Vos choix d’investissement sont malheureusement, à ce titre, contestables ; vous vous entêtez sur une ligne de métro reliant Alaï au Point du Jour et balayez d’un revers de main celle que le bon sens imposait entre Saint-Paul et la Part-Dieu, c’est un exemple.

Ensuite, il faut inciter les voitures à rester en dehors de la ville, en renforçant l’offre de parcs relais.
Les ambitions du PDU, comme le Plan de Mandat du Sytral à ce titre, sont bien modestes, au regard de la demande et de l’enjeu -j’oserai ajouter à mon intervention- et l’encombrement des parcs existants.
Et enfin, il faut éliminer le trafic de transit.
Le récent déclassement du tronçon A6/A7 pourrait permettre de remplacer l’autoroute par un boulevard urbain. Pour ce, il faudra d’abord, Monsieur le Maire, proposer des parcours alternatifs. Si l’Anneau des Sciences est inscrit dans le PDU, il ne deviendra réalité qu’en 2030… Enfin, nous l’espérons !
J’assistais en effet, Monsieur le Maire, au Conseil du 7e arrondissement, mardi dernier, Conseil d’arrondissement au cours duquel un de vos Vice-présidents à la Métropole, a indiqué souhaiter de tout son cœur que l’Anneau des Sciences reste à l’état de promesse et indiquer qu’il mettrait toute son énergie pour empêcher sa réalisation… Je me suis alors dit que votre majorité hétéroclite montrait une fois encore ses limites et ce, malheureusement au détriment des Lyonnais.
On regrettera enfin que le PDU qui nous est soumis, ne prenne que peu en compte le récent déclassement de l’autoroute. Il est vrai que depuis 2001, vous disiez et écriviez que le déclassement ne pourrait être que la conséquence de la réalisation d’itinéraires alternatifs… Votre revirement a manifestement pris de court tout le monde, jusqu’aux rédacteurs du PDU !
Cette diminution de 23 % de la part de l’automobile est donc, compte tenu des moyens mis en œuvre, totalement irréaliste. Elle rend de fait, compliquée, l’augmentation envisagée de la part modale du vélo… 8 % en 2030, c’est quatre fois plus qu’aujourd’hui… C’est 400 % d’augmentation en douze ans !
L’augmentation de la part modale du vélo ne deviendra réalité que quand les cyclistes auront le sentiment d’une circulation apaisée… ce qui passera par une diminution de la circulation automobile. CQFD.
Et cet objectif, que vous avez inscrit au PDU, n’est là, vous le savez Monsieur le Maire, uniquement que pour satisfaire une partie de votre Majorité.
Si c’était réellement un de vos objectifs, vous auriez depuis longtemps, très longtemps, accordé aux cyclistes la possibilité de circuler dans les couloirs de bus… mais le Sytral s’y oppose… et a rédigé ce document, juge et partie, vous disais-je tout à l’heure.
Par ces deux exemples, nous avons démontré les limites de ce document, nous aurions également pu parler co-voiturage -Denis Broliquier l’a fait- ou des moyens à mettre en œuvre pour que notre agglomération se connecte de façon plus efficace au Réseau Express Régional de la SNCF… sujets qui sont peu ou pas traités dans le PDU, ce que nous regrettons.

Ce document se limite donc à des déclarations d’intention, souvent louables, mais dont la mise en œuvre reste trop floue : nous le regrettons.
Pour toutes ces raisons, Monsieur le Maire, comme à la Métropole et en arrondissement, nous nous abstiendrons sur ce PDU.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone