Procès-verbaux : ne changez pas les votes !

Retrouvez l’intervention de Stéphane Guilland au sujet du changement de votes intervenu dans le procès-verbal de la séance du 19 novembre 2018

 

Monsieur le Ministre: J’avais effectivement eu vent de ces problèmes de forme, mais notre collègue Nathalie PERRIN-GILBERT vient d’en parler et je n’y reviendrai pas.

Non, aujourd’hui, Monsieur le Ministre, je voulais vous parler de l’autre procès-verbal que vous nous demandez d’approuver, puisque j’ai découvert un peu bouche bée que, dans celui-ci, les votes qui étaient intervenus dans notre assemblée n’étaient pas retranscrits fidèlement, ce qui, je ne vous le cache pas, me gêne un peu. C’est comme cela que cela passe dans notre Ville, ville d’un ancien ministre de l’Intérieur. Nous pouvons vraiment nous interroger sur le rôle de notre assemblée si, quand l’un d’entre nous émet un avis, il n’est pas retranscrit au procès-verbal.

Je ne vais pas vous laisser languir plus longtemps, venons-en aux faits. Lors de notre séance du 19 novembre et du débat sur la zone à faibles émissions (ZFE), mon collègue Denis BROLIQUIER et moi-même avions au nom de nos groupes respectifs déposé des amendements. Pour que nos collègues suivent, c’est page 30 du procès-verbal.

Sur l’amendement numéro 1, qui prévoyait que la ZFE concerne l’intégralité du territoire de la Ville de Lyon, notre collègue Adjoint en charge de la Sécurité, Salubrité et Tranquillité publique, des Déplacements, des Occupations non commerciales du Domaine public et de l’Éclairage public, s’était, de mémoire, abstenu. Si un cafouillage s’est déroulé pendant le vote et vous avait amené, Monsieur le Ministre, à faire revoter cet amendement, notre collègue SÉCHERESSE, constant avec l’opinion qu’il avait exprimée lors des débats, s’était clairement abstenu. Si vous avez un doute, nous pouvons recourir à l’arbitrage vidéo où, après 4 heures et 36 minutes de jeu, nous voyons très nettement cette abstention. Le visionnage des images au ralenti permet même de voir, dans le regard de votre Adjoint, une forme de jubilation non dissimulée. N’ayant aucun doute sur le fait que notre collègue est tout à fait sain d’esprit, ne serait-ce qu’eu égard aux responsabilités que vous lui confiez, comment peut-on arriver à une telle erreur sur un PV, Monsieur le Ministre ?

Ma question est très simple. Par quel miracle cette abstention a-t-elle disparu ? Il vous appartient aujourd’hui de rectifier le procès-verbal. À défaut, nous voterons contre.

Si vous le voulez, j’ai la photo de Monsieur SÉCHERESSE levant la main. Si Monsieur l’Adjoint SÉCHERESSE pouvait me la dédicacer, je serais preneur.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone