Rapport Chambre régionale des comptes PFIAL

intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal de Lyon du 19 novembre 2018 à propos du rapport de la Chambre régionale des comptes sur le syndicat intercommunal des pompes funèbres de l’agglomération lyonnaise (PFIAL)

 

Merci, Monsieur GIORDANO, Monsieur le Maire, de me donner la parole.

Quelques remarques rapides sur ce rapport de la Chambre régionale des Comptes relatif aux PFI de l’agglomération lyonnaise, syndicat intercommunal comprenant, jusqu’en 2016 – Alain GIORDANO l’a indiqué –, les communes de Lyon et de Villeurbanne. Ayant, avec beaucoup de plaisir, assumé les fonctions d’administrateur au titre de la Ville de 2008 à 2014, je me suis avec tout autant de plaisir replongé dans le fonctionnement de ce service public.

À plusieurs reprises, en feuilletant le rapport, j’ai pu retrouver des points de dysfonctionnement aujourd’hui relevés par la Chambre régionale des Comptes (gestion du personnel, transparence des tarifs, baisse des parts de marché, etc.), points que j’avais parfois eu l’occasion de relever lors des réunions du Conseil syndical.

Il en est un qui m’a particulièrement fait sourire, je cite : « La gouvernance du syndicat a été marquée depuis l’origine et jusqu’en 2014 par une très faible participation des représentants des communes aux réunions du Comité syndical. » Pour la période 2008-2014, la Chambre aurait pu ajouter que l’opposition frontale et systématique entre les représentants des majorités lyonnaises et villeurbannaises n’encourageait pas forcément les membres à prendre part à des réunions, qui relevaient souvent plus de l’échange de noms d’oiseau que de la gestion d’un service public. Au cœur de ces échanges – je n’ai pas dit à l’origine –, Étienne TÊTE peut attester de la véracité de mon propos.

Mais ce temps est aujourd’hui révolu et le PFIAL a laissé place depuis 2016 à la SPL Pôle funéraire public, qui regroupe aujourd’hui, outre Lyon et Villeurbanne, plusieurs communes de la Métropole, préfigurant ainsi une gestion métropolitaine que la Chambre régionale des Comptes appelle de ses vœux dans sa conclusion.

On ne peut que partager cette vision de mutualisation et de gestion d’une compétence au niveau le plus pertinent. Le choix de communes de rejoindre le Pôle en est une traduction concrète.

Nous ne doutons pas que les excellents rapports que vous entretenez, Monsieur le Maire, avec le Président de la Métropole, vous permettront d’avancer toujours plus dans cette voie.

Mais pour rester au niveau de notre Ville, on peut aussi s’interroger, comme la Chambre l’écrit noir sur blanc, sur la persistance du PFIAL, devenu coquille vide et de fait totalement inutile. Il semblerait logique que Lyon comme Villeurbanne intègrent directement le Pôle funéraire sans passer par le PFIAL et que celui-ci soit donc dissous, à moins que d’autres raisons, moins glorieuses, n’existent.

Entre 2008 et 2014, les indemnités versées aux membres du Bureau, Président et Vice-Présidents, avaient été à l’origine de la crise de gouvernance entre Lyonnais et Villeurbannais. J’en ai parlé plus tôt et n’y reviendrai pas. Peut-être sont-elles encore aujourd’hui une bonne raison de ne pas dissoudre le PFIAL. Je n’ose y croire.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone