Recapitalisation du PFIAL

Retrouvez l’intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal du 27 janvier 2020 :

Monsieur le Ministre,

Alors même que nous avions largement abordé cette question en novembre dernier, via la décision budgétaire modificative numéro 2, vous nous présentez donc aujourd’hui en bonne et due forme une délibération pour essayer de sortir la SPL Pôle funéraire public du pétrin dans lequel elle est, et par la même occasion le contribuable lyonnais, aujourd’hui plongée.

J’avais alors, une fois encore, dénoncé notre incompréhension quant à ce montage complexe, dont on parle beaucoup aujourd’hui, réalisé avec votre aval, à savoir la Ville de Lyon adhérente du Comité syndical, le PFIAL, lui-même actionnaire majoritaire d’une SPL, le Pôle funéraire public. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Vous aviez gentiment laissé entendre en novembre que vous étiez étranger à ce montage, n’étant plus présent à la tête de la Ville, ce qui n’est pas tout à fait exact, car la SPL a été constituée le 17 octobre 2016. Ce n’était pas très sympa pour Georges KÉPÉNÉKIAN, qui vous avait suppléé pendant quelques mois et vous étiez bien aux manettes à cette époque-là. En tout état de cause, l’hypothèse de créer une SPL était dans les tuyaux depuis de nombreuses années. L’administrateur du PFIAL que j’étais de 2008 à 2014 peut en témoigner si besoin. Ce n’est pas, vous en conviendrez, très sympathique d’essayer de faire porter le chapeau aux autres.

Autre point intéressant aujourd’hui, vous nous présentez, j’allais dire « enfin », pour la première fois, le rapport d’activité du PFIAL. Votre Adjoint GIORDANO en a parlé longuement, alors même que ce rapport doit en théorie être présenté tous les ans au Conseil municipal, alors même que la Chambre régionale des Comptes avait fait observer cette lacune dans son rapport sur la gestion du PFIAL, discuté ici en novembre 2018, et alors même que nous vous l’avions réclamé à plusieurs reprises, y compris avant le rapport de la Chambre régionale des Comptes.

Il aura donc fallu attendre un état de quasi-cessation de paiements pour vous y résoudre. Je trouve que c’est dommage, dommage car si on se replonge dans ce rapport, il y a quand même une ligne intéressante sur la dernière page. On peut lire concernant les résultats de la SPL Pôle funéraire public en 2018 un déficit cumulé depuis sa création de 553 594 euros. Peut-être que si ce rapport nous avait été présenté plus rapidement en 2019, comme il aurait dû l’être, peut-être alors que nous aurions pu réagir plus prestement aux difficultés de la SPL. Il est dommage d’avoir dû attendre la fin de l’année 2019.

Résultat des courses, aujourd’hui, le contribuable lyonnais est appelé à la rescousse pour un peu plus de 1,5 million d’euros. Cela sera-t-il suffisant pour faire perdurer ce service qui est nécessaire et qui sait être attractif en matière de prestations et de tarifs pour nos concitoyens ? Rien n’est moins sûr à nos yeux.

Vous nous présentez également un rectificatif qui laisse entendre que les autres communes, nouvellement membres de la SPL, ne souhaitent pas investir davantage. De 85 % d’actions de la SPL détenues, le syndicat des pompes funèbres, le PFIAL, passera à 99,66 %, remettant en cause l’équilibre même entre l’ensemble des communes au sein de cette SPL.

Cela nous conforte dans notre pensée que ce montage n’est pas le bon. Le PFIAL est une coquille vide qui jusqu’à présent jouait le filtre des mauvaises nouvelles et empêchait les services de la Ville d’exercer un contrôle vigilant sur le sous-satellite SPL Pôle funéraire.

Devant cet état de fait, je rejoins l’analyse qui consiste à penser que cette subvention permettra de pallier le plus pressé. Il appartiendra à votre successeur de se pencher sur les problèmes structurels des PFI. Nous nous abstiendrons donc sur cette subvention.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone