Rénovation Coeur Presqu’île

Intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal de Lyon du 25 septembre 2017 à propos de la rénovation du Cœur Presqu’île

Monsieur le Maire, mes chers collègues,
Si un seul mot pouvait résumer le sentiment des Lyonnais en découvrant les travaux du plan Presqu’île que vous nous présentez aujourd’hui en Conseil Municipal ça serait sans conteste : ENFIN !
Redonner son prestige au secteur des Terreaux ou à la rue Victor Hugo trouvait en effet déjà place au cœur du programme électoral de Gérard Collomb lors de la campagne de 2008.

Les élus du groupe Les Républicains et apparentés – Ensemble pour Lyon sont donc comme les Lyonnais récompensés pour leur patience. Aujourd’hui, ces deux délibérations s’inscrivent dans un projet global « Cœur Presqu’île » qui vise à redonner à cette presqu’île un éclat à la hauteur de son attrait touristique et économique.

Cœur touristique de notre agglomération, pôle économique et commercial de premier ordre, ces espaces, victimes de leur succès avaient incontestablement vieilli (c’était déjà le constat fait en 2008). Si l’attrait touristique ou économique peut s’en trouver affecté, il ne faut pas oublier que ces places et ces rues sont habitées par quelques 40 000 personnes.
Pour autant, ce projet tant attendu n’est pas sans susciter de remarques. Les maires des 1er et 2e arrondissements, directement concernés par ces travaux viennent de s’exprimer sur ces deux délibérations et je ne saurai que vous invitez Monsieur le Maire à entendre leurs observations d’élus de proximité.
J’insisterai néanmoins sur trois points :

  • Sur le manque d’ambition du projet, qui se limite en grande partie à une simple remise en état des espaces, alors que certains auraient pu, auraient dû être à cette occasion repensés dans leurs modes de fonctionnement ou leurs usages.
  • Sur le manque de concertation préalable tant avec les habitants, avec les commerçants qu’avec les élus d’arrondissement. Une fois encore la concertation s’arrête au stade de l’intention c’est dommage.

Si pour ces deux points il est malheureusement trop tard, il est plus qu’indispensable de prendre en compte l’impact futur des travaux : riverains et commerçants seront directement impactés par ces derniers. Il vous appartient de mettre en place les mesures d’accompagnement indispensables à leur bon déroulement.

En direction des commerçants tout d’abord. On a vu cours Lafayette avec les travaux de C3 mais aussi dans le huitième arrondissement avec les travaux de T6 que l’impact sur le commerce de proximité est immédiat. L’équilibre économique du commerce de proximité reste souvent fragile et quelques mois de travaux peuvent avoir des conséquences irréversibles qu’il convient d’anticiper.

Mais aussi en direction des habitants. Un exemple, alors qu’ils attendent une rénovation de la rue Victor Hugo depuis plus de 10 ans, certains propriétaires de la rue Victor Hugo ont reçu une injonction de reprise de façade sous deux ans. Si la nécessité de reprendre certaines façades n’est pas contestable, les copropriétaires peuvent regretter que la pose de bâches d’échafaudages publicitaires ne soit réservée qu’aux monuments historiques.
Une révision du règlement local de publicité pourrait étendre cette possibilité à l’ensemble du secteur touristique et permettre ainsi d’alléger le poids financier des travaux imposés aux propriétaires.

Tant vis-à-vis des riverains que des commerçants, nous resterons vigilants quant aux mesures d’accompagnement indispensables que vous serez amenés à mettre en place.
Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone