Rénovation de l’axe Vitton

Cela fait très longtemps que cet axe doit être rénové. L’espoir était d’avoir une vision globale du Bd des Belges à la Place Lyautey même si cela ne pouvait pas se faire en une seule fois. Suite à l’événement tragique que tout le monde connaît et à différents problèmes, il avait été proposé de modifier la partie la plus dangereuse entre Garibaldi et Masséna.

Quelques temps après, j’ai eu l’agréable surprise d’avoir le Président de la Métropole et le Maire de Lyon qui sont venus annoncer qu’une modification serait faite rapidement, c’est-à-dire avant la fin du mandat, dans la partie la plus étroite des trottoirs afin de sécuriser les piétons et réduire la vitesse en passant à deux voies de circulation tout en améliorant le commerce sur cet axe par le biais de ces travaux. On pourrait ainsi passer par la rue professeur Weill, déambuler avec de grands trottoirs. Cette partie est notablement empruntée par les piétons. Elle est desservie par le métro. Tout cela était sur une très bonne voie jusqu’à ce qu’on apprenne qu’il y avait un risque de recours d’apparatchiks d’association vélos qui souhaitaient une piste vélo sur cet axe, ce qui n’était pas du tout prévu, d’autant plus qu’il y a environ 16 kms de pistes cyclables dans l’arrondissement. Suite à cela, il a été proposé de modifier cet axe en rajoutant une piste cyclable à contresens. Ce projet embellissait cet axe même si on mettait une piste.

Je ne suis  pas opposé à une nouvelle étude comprenant cette demande sauf que cela induit un certain nombre de conflits entre les piétons, les vélos, les voitures. Certaines options ne fonctionnent pas notamment d’arriver de la rue Garibaldi n’est pas possible car il n’y a pas de piste cyclable. Il faudrait partir de Boileau, couper la rue Garibaldi, les rebords des pistes poseraient des problèmes pour les livraisons des commerçants, pour les déposes. Cela pose donc un certain nombre de problèmes techniques. Certaines questions posées par l’arrondissement ne sont pas réglées du fait de cette nouvelle approche notamment sur le mode de fonctionnement de cet axe de ce fait.

Une réunion publique avait d’ailleurs été tenue avec tous les partenaires, les habitants, les associations, CIL. Que faut-il faire ? Tenir une nouvelle réunion publique. Cela induit un certain flottement du fait d’un élément extérieur imprévisible. Un recours pénaliserait les travaux pour une certaine durée. Aujourd’hui pour donner une réponse positive, il faudrait une proposition de projet qui fonctionne.

Il y a en outre toute une éducation à faire car les utilisateurs de vélos roulent sur les trottoirs, passent au feu rouge.

Ce qu’il souhaite faire comprendre, c’est qu’on vit aujourd’hui entre deux bâtiments sur un axe qui a complètement changé. Les acteurs se sont multipliés : voitures, piétons, vélos, trottinettes, poussettes. Il faut cohabiter dans le même espace avec de nombreux moyens, générateurs de dangers et de perturbations

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone