SAHLMAS : encore un satellite non contrôlé

Intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal de Lyon du 25 septembre 2017 à propos de la situation administrative de la SAHLMAS

Monsieur le Maire, mes chers Collègues, mardi dernier, les administrateurs de la SAHLMAS ont été convoqués en toute urgence pour un Conseil d’administration ayant pour unique objet de renouveler le mandat du Directeur général. Celui-ci était en effet arrivé à son terme le 28 mai 2014, vous avez bien entendu, le 28 mai 2014 !

Pour faire simple, depuis un peu plus de trois ans, le Directeur général de ce satellite de la Ville de Lyon n’avait plus le pouvoir d’engager la SAHLMAS, ce qui a pourtant été le cas à de nombreuses reprises.

Si le problème de la validité juridique des actes passés par le Directeur général depuis cette date se doit d’être posé, c’est plus la question du contrôle que la Ville de Lyon exerce sur ses satellites qui interpelle aujourd’hui les élus du groupe Les Républicains et apparentés – Ensemble pour Lyon.

Il ne s’agit en effet pas là d’une première et les dossiers illustrant cette absence de contrôle de la ville ou du moins un contrôle plus que déficient sont malheureusement devenus classiques.

Au mandat précédent, votre prédécesseur avait déjà dû jouer les pompiers pour remettre un peu d’ordre à la SACVL, plombée par une gestion pour le moins approximative et des emprunts toxiques.

Depuis 2014, en tant qu’adjoint à la culture, vous étiez en première ligne pour tenter de justifier les dérives constatées aux Subsistances, à la Villa Gillet ou plus récemment à l’Opéra. A chaque fois, pour la SACVL, comme pour les dossiers culturels, un seul message « dormez tranquille tout est sous contrôle ». A chaque fois, un nouveau dossier vient malheureusement nous réveiller.

Pour revenir à la SAHLMAS, deux remarques :

– la délibération adoptée par les seuls administrateurs de votre Majorité prévoit que le mandat confié au Directeur général est rétroactif au 29 mai 2014. Il me semble juridiquement pour le moins léger d’avoir accordé cette rétroactivité sans connaître la liste exhaustive et limitative des actes repris,

– il a en outre été décidé d’avoir recours à un cabinet extérieur pour s’assurer que le fonctionnement interne de la SAHLMAS ne présente pas d’autre faille.

Puisque manifestement, le contrôle exercé par la Ville de Lyon sur ses satellites laisse parfois à désirer, ne devriez-vous pas Monsieur le Maire, avoir pour l’ensemble des structures dépendant de la Ville, recours à une aide extérieure, qu’une fois pour toutes, nous puissions dormir tranquille.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone