Sécurité : assez de parlotte, place aux actes

Monsieur le Maire,

Compte tenu du sujet de cette délibération, c’est peut-être plus au Ministre de l’Intérieur que vous êtes désormais que je m’adresse.

J’ai eu l’occasion de vous adresser les félicitations républicaines des élus de notre groupe au soir de votre nomination, je les renouvelle aujourd’hui dans cette enceinte.

Pourtant, quand en 2012, Manuel Valls, que vous souteniez à l’époque, instaure les Zones de sécurité prioritaires, c’est dans notre ville, les quartiers de la Duchère et de Mermoz qui sont concernés, démontrant que malheureusement, la rénovation urbaine et la prévention ne font pas tout.

Les derniers chiffres de la délinquance sur notre ville ne sont pas bons, vous ne pouvez le nier aujourd’hui.

En parallèle avec l’été qui arrive, de nombreux quartiers de notre ville vont connaitre des incivilités récurrentes : barbecues improvisés, tapage nocturne, rodéos urbains sur des engins motorisés généralement bruyants, j’en passe et des meilleures.

L’actualité est d’ailleurs parfois taquine puisque vous n’avez pu ce matin manquer dans Le Progrès du jour l’article relatant les dégradations de bornes à incendie intervenues dans toute l’agglomération ce week-end. Quoi de mieux en effet pour s’occuper que de dégrader des bornes à incendie pour se rafraichir et de caillasser les pompiers pour passer le temps.

Ces jeunes Lyonnais ont pour la plupart 15 ans… c’est un peu la génération Collomb ; je ne dis pas que la situation était meilleure avant votre accession à la Mairie de Lyon, je dis que les faits sont là et que si ce n’est pas pire… ce n’est assurément pas mieux.

La sécurité est vous le savez Monsieur le Maire, la première des libertés ; en tant que Maire de Lyon, vous pouviez jusqu’alors vous défausser sur l’Etat… Vous le faisiez même de façon quasi systématique. Depuis 10 ans que je suis avec assiduité les débats municipaux, que de fois n’ai-je entendu dans votre bouche comme dans celle de vos adjoints à la sécurité ou des maires d’arrondissement que les problèmes de sécurité malheureusement récurrents dans notre ville n’avaient qu’une cause, les carences de l’Etat, et notamment en termes d’effectifs de Police Nationale affectés à notre ville.

Il est un autre sujet sur lequel vous aviez aussi pris l’habitude de rejeter la faute sur l’Etat, c’est la gestion des squats et des occupations abusives de l’espace public. Pas une semaine à Lyon où un immeuble, un parc public, une place n’est envahie – le mot est fort mais correspond malheureusement à la réalité – par des populations diverses ayant souvent un seul point commun, celui d’être victime des carences de l’Etat en matière de gestion du droit d’asile. Ce n’est pas le Maire du troisième arrondissement, qui reçoit malheureusement directement les plaintes des habitants qui me contredira en ce moment.

Vos nouvelles responsabilités vous donnent un double levier d’action ; agir pour que les procédures d’asile et de reconduite à la frontière pour les déboutés soient accélérées et ne laissent pas de faux espoirs à des populations déjà fortement éprouvées et recourir à la force publique pour faire respecter les décisions de l’Etat.

Si en tant que Maire de Lyon vous aviez en matière de sécurité une obligation de moyens, vous avez aujourd’hui en tant que Ministre de l’Intérieur une obligation de résultat ; les Français dans leur ensemble, et les Lyonnais en particulier vous jugeront en la matière sur ces résultats.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone