Stationnement payant:  le racket ?

Contrairement à ce que dit Monsieur PELAEZ, mon intervention était préparée et le mot « racket » était volontaire Pour revenir à ce que vous dites sur la rotation et sur le fait de payer ses amendes, il est bien sûr hors de question pour qui que ce soit autour de cette table, j’imagine, de valider le fait que quelqu’un ne paie pas son stationnement. Je rappelle juste un chiffre, c’est qu’à Lyon 75 % des gens ne paient pas leur stationnement. Alors on peut se poser la question de savoir pourquoi ils ne le paient pas. On peut y répondre en disant qu’effectivement c’est parce que l’amende n’est pas assez chère, mais on peut aussi le dire, parce qu’il n’y a pas assez de contrôles et que le risque de payer l’amende est tellement faible qu’on prend le risque

Aujourd’hui à Lyon, une place de stationnement payant est contrôlée en moyenne moins d’une fois par jour. Cela veut donc dire que si vous vous garez 1 heure, vous avez moins d’une chance sur 10 d’être contrôlé, donc de payer une amende. Le vrai problème est là.

Le choix de l’amende de 60 €, tout le monde autour de cette table essaie de nous faire croire que c’est pour l’aligner sur celle du SYTRAL. Non, le FPS correspond, comme l’a dit Monsieur le premier adjoint, au temps de stationnement le plus long de la journée, c’est-à-dire 10 heures. Si vous stationnez 10 heures et que vous payez cela vous coûte 60 € dans les zones de centre-ville et donc le forfait post stationnement coûte 60 €. Mais d’autres villes en France, y compris des villes de Gauche, je pense à Paris en particulier, ont fait un autre choix qui est celui d’un contrôle beaucoup plus efficace et il passe par la mise en place de zones différenciées. On ne parle plus d’une zone de 10 heures, mais de deux zones de 5 heures ou, comme à Bordeaux, de trois zones de 4 heures. Du coup, on a une amende qui est moindre, mais qui peut revenir trois fois dans la journée. C’est une question que l’on ne s’est pas posée à Lyon parce qu’aujourd’hui on ne sait pas contrôler plus d’une fois par jour chaque place. Effectivement, c’est tellement plus simple de mettre une amende de 60 € quand quelqu’un a dépassé, plutôt que d’en mettre deux dans la journée. Le vrai problème est là et quand je parle de racket, je pèse mes mots, et là on est en train de parler de racket. C’est un choix politique qu’il faudra à un moment assumer et le choix de ne pas avoir saucissonné la période de la journée en différentes périodes aboutit sur un prix de 60 € sur lequel nous, nous ne sommes pas d’accord.

 

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone