Subventions en faveur des personnes en difficulté

En début d’intervention je voudrais préciser quelque chose, on est extrêmement ravis de pouvoir voter favorablement ce dossier, il n’y a pas de débat. Déjà parce que ça concerne les personnes âgées et isolées, je m’en rapproche chaque jour, ça me touche, et puis accessoirement je suis très sensible à l’isolement à titre personnel parce que je pense qu’il n’y a rien de pire que de vieillir seul et dans l’isolement. Certains le savent peut-être, mais j’ai une association qui traite ce sujet-là par l’intermédiaire de la magie, mais ce n’était pas le sujet de l’information. Le focus que je voudrais vous proposer de regarder ce soir ensemble c’est qu’on parle d’1 300 000 € de budget. J’étais tout à l’heure dans une entreprise à Grenoble qui faisait travailler à peu près 300 ingénieurs et qui les facturent chez des clients et à la sortie le bénéfice est exactement le même. C’est ça que je veux mettre en perspective, pas seulement sur ce dossier, on oublie quelques fois quand on distribue les subventions, ce que ça représente en terme de valeur travail. Ce que je veux vous dire ce soir, c’est qu’on distribue sur une ligne, et encore une fois il n’y a pas de débat sur le fond, on distribue l’équivalent d’un an de travail à temps plein de 300 ingénieurs. Je parle de la valeur ajoutée. Pour être plus précis, c’est le chiffre d’affaire déduit des salaires. Tout ça pour dire quoi, qu’on était déjà intervenus sur les subventions et on a constaté avec plaisir qu’elles sont de plus en plus précises dans l’attribution et je vous en remercie parce que c’est plus lisible. Si je pouvais me permettre, j’aimerais bien que de temps en temps on ait le retour, pour dire si ça a permis d’apporter ça ou ça, de favoriser ça, c’est une nature qu’on n’a pas aujourd’hui et qui serait intéressante.

Deuxième point qui pourrait être intéressant c’est qu’on puisse dire en début ou en cours de mandat, on a distribué 25 % par exemple sur le social, 25 % sur le sport, je donne des chiffres que je ne connais pas puisqu’on ne les a pas. Ça donnerait une autre lecture de la politique que vous conduisez et je pense que pour les lyonnais ça pourrait avoir du sens. Et comme je n’ai pas l’habitude d’intervenir souvent, je vais profiter de cette intervention pour aller un peu plus loin, pour parler des Lions du Sport qui est un outil formidable, local, et je voudrais m’assurer que cet outil à la disposition de l’arrondissement va perdurer.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone