Une gouvernance d’un autre temps

Retrouvez l’intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal du 7 mai 2020 :

Monsieur le Ministre,

Je disais, Monsieur le Ministre, que je souhaitais m’associer à l’hommage que vous venez de rendre à l’ensemble des personnels de la Ville de Lyon, à tout niveau de l’échelle, mais également qu’il convenait d’y associer l’ensemble des soignants et l’ensemble des petites mains qui, depuis huit semaines, nous permettent d’avoir un quotidien supportable. Je pense à toutes les personnes mobilisées dans les commerces de première nécessité ou aux éboueurs, mais j’en oublie certainement et la liste est très longue dans cette période un peu particulière.

Monsieur le Ministre, ce rapport nous invite à valider les conditions d’organisation de notre Conseil municipal. Bien évidemment, les élus du groupe Ensemble pour Lyon, les Républicains et apparentés approuveront ce rapport.

Ces dispositions permettent en effet à la démocratie de vivre, démocratie qui, avec le confinement et l’état d’urgence sanitaire, est plus que jamais nécessaire.

Pour autant, au-delà de l’organisation de ce Conseil municipal, la gestion de la crise que nous traversons aurait mérité que la Ville de Lyon, que vous, Monsieur le Maire, associent un peu plus l’ensemble des élus aux décisions que l’urgence vous a amené à prendre.

Quand je dis « associent », je ne parle pas nécessairement de la prise de décision en elle-même, dont la responsabilité vous incombe au terme de l’ordonnance du 1er avril, mais plutôt de la communication que vous avez pu faire à l’ensemble des élus ou plutôt, convenons-en, que vous n’avez pas faite.

En gestion de crise, la première règle, c’est la communication. Pour désamorcer les craintes, les doutes et les interrogations de nos concitoyens, beaucoup se sont attachés à jouer cartes sur table. En cette période anxiogène, la non-communication a pour effet immédiat d’instiller le doute, la méfiance, voire la peur.

Au plus haut niveau de l’État, cette nécessité a été intégrée. Les prises de parole régulières du chef de l’État, du Premier ministre, de l’ensemble du gouvernement, à l’attention directe des Français ou par le biais de la représentation nationale, ont permis à chacune et chacun de s’approprier, de comprendre et d’accepter les mesures exceptionnelles mises en place.

Plus près de nous, la communication mise en place par la Métropole aurait pu vous interpeller. En informant régulièrement et au minimum une fois par semaine l’ensemble des conseillers métropolitains des mesures mises en place, la Métropole s’est donné les moyens de relayer son message auprès de l’ensemble de nos concitoyens.

Si l’exemple de la Métropole vous contrarie – je peux le comprendre –, prenons celui du SYTRAL, où la Présidente, Fouziya BOUZERDA, a, à l’instar de la Métropole, tenu à informer de façon très régulière l’ensemble des élus concernés.

En huit semaines de confinement, Monsieur le Maire, les élus lyonnais ont été destinataires de deux mails et ont appris la tenue du Conseil municipal d’aujourd’hui lors de votre intervention en Conseil métropolitain. Quel mépris, Monsieur le Maire, pour les 220 autres élus lyonnais ! Quel mépris, Monsieur le Maire, pour la démocratie ! Plus grave, quel mépris, Monsieur le Maire, de vous priver, de priver la Ville de Lyon, du relais qu’ils constituent auprès de l’ensemble des Lyonnais. C’est en voyant sur votre compte Twitter que la première visioconférence avec tous vos Adjoints a eu lieu le 14 avril, soit près d’un mois après le début du confinement, que nous pouvons nous estimer heureux.

Deux exemples pour étayer mon propos :

– La fermeture des marchés, tout d’abord.

Si l’aspect sanitaire de cette mesure n’est pas contestable, les Lyonnais retiendront que vous n’avez pas cru bon de leur expliquer pourquoi. Vous et vous seul restiez opposé à leur réouverture, alors qu’à Villeurbanne, ville de densité comparable, celle-ci est intervenue beaucoup plus vite.

– La réouverture des écoles ensuite.

Alors que la reprise des cours constitue un sujet d’inquiétude majeur pour les familles, les enseignants et le personnel municipal, ils ont appris par la presse le calendrier de reprise comme les mesures d’accompagnement mises en œuvre par la Ville de Lyon.

Enfin, quand je lis le JDD ce week-end, où vous vous annoncez comme fervent défenseur de la décentralisation, je voudrais traduire pour nos concitoyens que vous êtes un fervent défenseur de la décentralisation, mais jusqu’à votre échelon et surtout pas en dessous. Je pense en particulier aux arrondissements.

Voilà, Monsieur le Maire, je ne serai pas plus long. Chacun aura compris que, dans la gestion humaine de cette crise, vous n’avez pas jugé utile d’expliquer aux élus et aux Lyonnais les mesures, par ailleurs souvent pertinentes, que vous avez été amenées à prendre. C’est dommage. Je pensais, moi, que vous aviez un temps d’avance.

Je vous remercie.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone