Vignette résidents, le racket en marche !

Intervention de Stéphane Guilland lors du conseil municipal du 23 octobre 2017 à propos de la vignette résidents
Monsieur le Maire, Mes chers collègues,

Avec cette seconde délibération, vous nous proposez d’en finir avec la gratuité des vignettes résidents et de fixer le prix de celles-ci à 40 euros pour la première, 60 euros pour la seconde. Si nous pouvons vous rejoindre sur le fait que rien n’est gratuit dans ce bas monde, et que tout a un prix, il ne semble pas que votre proposition consiste à faire supporter le coût réel de la vignette aux utilisateurs du service. Un prix de l’ordre de 5 euros aurait certainement largement couvert les coûts techniques, coûts qui devraient d’ailleurs, avec la dématérialisation, diminuer encore.

Non, nous allons le voir, vos motivations sont une fois encore tout autres et malheureusement très simples. La vignette résident, dans sa configuration actuelle, présente, selon les arguments avancés en Commission, deux défauts majeurs.

Le premier est que certains résidents feraient de leur vignette un usage abusif, utilisant les droits ouverts par celle-ci au sein de l’arrondissement entier pour des déplacements pendulaires. Quelqu’un habitant dans le quartier de Montchat et utilisant sa voiture pour aller travailler dans le quartier de la Préfecture pouvait jusqu’alors bénéficier du tarif préférentiel résident. Si, en théorie, ce type d’abus s’entend, il ne saurait en pratique que rester marginal. La création de secteurs plus restreints – 15 en l’espèce – permettra d’en minimiser l’impact. Cette mesure technique reçoit bien évidemment notre soutien, mais ce n’est pas ce que nous votons, puisque cette mesure relève d’un arrêté.

Le second défaut est qu’il y aurait trop de vignettes résidents, Monsieur SÉCHERESSE vient de le rappeler. Il est vrai qu’avec 40 000 vignettes en circulation, nous avons plus d’une vignette par place de stationnement à Lyon. En théorie, la saturation n’est pas loin. La réalité est tout autre. Vous vous êtes ainsi bien gardés de nous fournir des chiffres précis, mettant en corrélation la délivrance réelle de tickets résidents, au jour, à la semaine ou au mois, avec les vignettes en circulation. Ces chiffres auraient permis de connaître l’impact réel du stationnement résident sur le stationnement global, ainsi que les éventuelles variations saisonnières et géographiques, et d’adapter l’offre de stationnement résidentiel en fonction. Au lieu de cela, vous nous proposez de faire payer la vignette aux Lyonnais, seule solution d’après vous pour en diminuer le nombre.

Nous ne saurions vous suivre sur ce dossier. En effet, primo, l’usage réel du tarif résident ne devrait pas diminuer, et ce, pour trois raisons :

– La diminution du nombre de places de parking par construction voulue par notre futur PLUH ;
– La disparition des vignettes non utilisées ou peu utilisées sera sans impact sur la rotation effective des véhicules, ni sur le nombre de places disponibles ;
– La mise en place du FPS rendra de fait le tarif résident encore plus attractif, et ce, malgré l’augmentation déguisée de ce tarif en rendant la vignette payante.

Secundo, cette mesure est injuste. Elle est injuste, car elle pénalise encore les Lyonnais, et notamment les Lyonnais de conditions moyennes. Au moment où les voitures de luxe – je ne vise personne – et les yachts sortent de l’assiette de l’ISF, posséder une simple voiture à Lyon va devenir un signe extérieur de richesse. Les classes moyennes, mais, au-delà, tous les Lyonnais, pour qui la voiture est encore l’unique moyen de se rendre au travail ou bien d’accompagner les enfants aux diverses activités, en prendront rapidement conscience. Il est vrai que supprimer la voiture en ville est l’objectif de certains de vos alliés. Sans l’assumer ni le revendiquer, pas après pas, mesure après mesure, vous pénalisez les Lyonnais, à l’exception de ceux qui peuvent payer. Belle conception de la justice sociale ! Madame HIDALGO le fait à Paris de façon plus abrupte. Elle a cependant le mérite d’assumer ses convictions.

Mais, au-delà de ces considérations, ce qui nous gêne le plus dans votre proposition, c’est qu’une fois encore, sous couvert d’attendus louables, vous poursuivez, Monsieur le Maire, le racket organisé des Lyonnais, racket largement initié par votre prédécesseur. La recherche de marges de manœuvre financières, chère à Monsieur le Premier Adjoint, devait passer par une optimisation des coûts. Il est manifestement plus facile de faire les poches des Lyonnais, que de trouver des économies.

Après l’augmentation des impôts en début de mandat, après la mise en place d’une réforme des rythmes scolaires, qui actait à Lyon la fin de l’école publique gratuite, après la hausse de toutes les taxes possibles et imaginables, vous faites payer aux Lyonnais le droit de s’acquitter de leur stationnement. Nous ne vous suivrons pas dans cette voie et voterons contre cette délibération.

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone